La peur au service du viol de la vie privée

Encore nue fois, on se sert de la peur, celles des femmes à qui l’on pose comme paradigme que leur compagnon est possiblement le meurtrier des quartiers sud, pour justifier le fait de violer la vie privée de la moitié de la population.

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

J’apprends qu’en Grande-Bretagne, les femmes pourront consulter le casier judiciaire de leur compagnon. Une très mauvaise mesure qui devrait rentrer en vigueur d’ici mars prochain.

Vie privée

Pourquoi ce texte est-il très mauvais ? Déjà en ce qui concerne la violation de la vie privée. C’est un fait. On n’a pas à connaître le casier judiciaire d’untel ou d’un autre, même en cas de vie de couple.

Qui plus est, dans un couple, la base d’un relation est quand-même la confiance, celle que l’on fait à l’autre, celle qui fait qu’on lui raconte son passé ou qu’on a envie de reconstruire sa vie avec lui/elle.

Encore une fois, on se sert de la peur, celles des femmes à qui l’on pose comme paradigme que leur compagnon est possiblement le meurtrier des quartiers sud,  pour justifier le fait de violer la vie privée de la moitié de la population. c’est la même peur qui est utilisée pour censurer ou filtrer Internet sous d’autres contrées, c’est cette peur qui est utilisée pour arrêter des opposants politiques qui seront forcément des terroriste dans la bouche de ceux à qui ils s’opposent.

Double peine

Cette situation, c’est aussi une forme de double peine pour la personne qui a passé des années à se faire soigner, parfois aussi à purger sa peine, et qui, après même plusieurs années de vie de couple, pourrait se retrouver catalogué comme violent, malade, dangereux à cause d’erreurs et violences commises de longues années auparavant. Combien de belles histoires avorteront ? Combien de vies fichues en l’air ?

Par ailleurs, on s’enfonce de plus en plus dans cette société de surveillance, on invite aujourd’hui le citoyen la citoyenne à consulter librement le passif de ses concitoyens pour les catégoriser.

Capture du 2013-11-25 21:46:32

Et l’égalité ?

Enfin, ce qui me choque, c’est que cette mesure ne vaut que dans un sens. Les femmes pourront consulter le casier des hommes mais les hommes ne pourront pas savoir si leur compagne ont un casier pour vol, viol (oui, c’est possible), harcèlement ou si elles ont poignardé quelqu’un parce que non, ce ne sont que des hommes et ils n’ont pas le droit de le savoir.

Et puis c’est bien connu, il n’y a que les hommes qui commettent des crimes et qui méritent que leur vie privée soit violée, donc au final, pas besoin de reluquer le casier des femmes, princesses en robe de mousseline rose.

  • Les liens qui vont bien

Cachez cette féminité que je ne saurais voir.
L’article de Libé qui traite du sujet

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *