Spledeurs et misères du travail des diplomates, Françoise Piotet

La diplomatie et toutes les images qui entourent ce terme, ont leur lot de fantasmes et de rêves. Mais quel est vraiment le quotidien de ces employés du Ministère des affaires étrangères (MAE) ? Jeux de relations et d’échanges de services, le quotidien de ces hommes, le corps comte très peu de femmes, reste avant tout très codifié.

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

La diplomatie et toutes les images qui entourent ce terme, ont leur lot de fantasmes et de rêves. Mais quel est vraiment le quotidien de ces employés du Ministère des affaires étrangères (MAE) ? Jeux de relations et d’échanges de services, le quotidien de ces hommes, le corps comte très peu de femmes, reste avant tout très codifié.

Que font les diplomates ? C’est à cette question que Françoise Piolet, Marc Loriol et David Delfolie, tentent de répondre, non sans mal, tant la diversité des postes et des manières de gérer une carrière est grande.

Capture du 2013-12-01 19:40:03Ce que l’on apprend en parcourant ce livre, c’est que les diplomates, pour casser le fantasme, ont avant tout, un rôle d’exécution, qu’ils s’agisse d’un rédacteur, le grade le plus bas, ou d’un conseiller en coopération, ils ne peuvent qu’appliquer, parfois non sans mal, une politique dictée par leur ministère de tutelle.

N’est pas diplomate qui veut

Différents des autres fonctionnaires par les missions à remplir. Il s’agit avant tout de diplomatie d’influence. Avec 160 ambassades et 21 représentations, le réseau diplomatique français est le second, au niveau mondial, derrière celui des Etats-Unis.

Les diplomates vivent très mal la nomination de personnalités hors champ : intellectuels, journalistes, célébrités. Ils rappellent le poids des diplômes liés à la fonction et qu’un bon diplomate de terrain, négociateur, sera toujours moins important que quelqu’un passé par les bonnes écoles. Le poids des diplômes, au détriment de l’expérience, légitime les carrières. Les baisses de crédits passent mal aussi, elles avaient d’ailleurs provoqué, les auteurs le rappellent, une grève sans précédent, il y a quelques années.

Des femmes sous-représentées

Ce livre fait la part belle aux anecdotes et récits de diplomates en poste, à différents niveau, qui parlent de comment leur statue influe sur leur vie privée, et vice versa, on s’aperçoit d’ailleurs que c’est avant tout le personnel le plus bas au niveau hiérarchique, qui subi de plein fout les coupes budgétaires, les diplomates de haut rang n’étant pas impacté.

Le travail minutieux des chercheurs nous en apprend beaucoup sur leur quotidien, y compris sur le fait qu’il est encore difficile pour les femmes d’entrer en fonction. Sur 160 postes que compte la France à l’étranger, seuls 15 % des ambassadeurs et 11 % des consuls sont des femmes. Une sous-représentation qui s’explique notamment par le fait qu’un tiers de la carrière d’un diplomate « normal » se passe à l’étranger.

Le jeu relationnel qui se dessine aussi au fil de ces pages est aussi très intéressant. Il n’est pas rare, nous apprennent les auteurs, de voir des diplomates accepter un poste peu intéressant pour le simple fait que travailler avec tel supérieur hiérarchique influent pourrait, à terme, leur apporter un bonus, faciliter l’obtention d’un poste ou d’un pays à l’étranger.

Ce livre soulève aussi quelques problèmes comme le fait de confier la politique d’attribution des visas à des entreprises privées, parfois étrangères, par conséquence manque de moyens. Kafkaïenne, aussi, l’attribution des postes qui fait que bon nombre de personnes recrutées en partie grâce à leur pratique d’une langue rare et la connaissance d’une culture et d’une zone géographique, ne travailleront jamais sur cette zone.

Le temps de l’information

Enfin, on en apprend beaucoup aussi sur le rapport qu’ont les diplomates avec l’informatique. Les ordinateurs et Internet ont changé un certains nombre d’aspects de la profession, à tel point que le MAE emploie aujourd’hui des « Chiffreurs », des spécialistes en cryptographie, qui apprennent aux diplomates à chiffrer leurs communications Internet ou mobiles.

This post has already been read 1345 times!

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *