Paramétrer un proxy Tor pour FoxyProxy

J’ai eu plusieurs retours de personnes qui trouvent embêtant de paramétrer/déparamétrer à chaque fois qu’ils en ont besoin, une connexion via Tor dans leur navigateur, celui où ils ont tous leurs bookmarks et leurs petites habitudes.
Deux possibilités, soit mettre en place ces réglages par défaut, ce qui pour moi est une mauvaise idée puisque elle vous donne une illusion de sécurité, et c’est là que vous ne faites plus attention et que la situation peut devenir potentiellement dangereuse. Par ailleurs, elle vous « oblige » à passer par le réseau Tor à des moments où vous n’en n’avez pas spécialement besoin.

J’ai eu plusieurs retours de personnes qui trouvent embêtant de paramétrer/déparamétrer à chaque fois qu’ils en ont besoin, une connexion via Tor dans leur navigateur, celui où ils ont tous leurs bookmarks et leurs petites habitudes.
Deux possibilités, soit mettre en place ces réglages par défaut, ce qui pour moi est une mauvaise idée puisque elle vous donne une illusion de sécurité, et c’est là que vous ne faites plus attention et que la situation peut devenir potentiellement dangereuse. Par ailleurs, elle vous « oblige » à passer par le réseau Tor à des moments où vous n’en n’avez pas spécialement besoin.

FoxyProxy

Une solution intéressante est d’utiliser Foxy Proxy, un petit plug-in que vous téléchargez facilement dans Firefox. Il se place automatiquement à droite de votre barre d’adresse sous forme d’une petite tête de renard.

Capture du 2014-01-09 14:42:15

Lorsqu’il est « barré » comme celui-ci, il indique qu’il n’est pas en fonction.

Tor

En prérequis, bien entendu, il vous faut installer Tor. A titre perso, j’ai installé les paquets Vidalia et fait les modifs conseillées par ce tuto (sinon cela ne fonctionnait pas). Il ne reste plus qu’à lancer Vidalia pour me connecter au réseau Tor…

Capture du 2014-01-09 14:31:32

Attention ! Etre connecté ne veut pas dire que votre trafic http(s) va passer par ce réseau. Pour ce faire, il faut créer un nouveau proxy chez le renard. Vous cliquez dessus pour l’ouvrir et voici ce sur quoi vous tombez. Bien entendu, il n’y a que le proxy par défaut déjà enregistré (le bleu), celui du dessus avec la joli couleur est celui que nous allons paramétrer.

Capture du 2014-01-09 14:43:11

Cliquez sur « ajouter un proxy » à droite et sur la page qui apparaît, choisissez le nom de votre proxy, pas obligé de l’appeler « Tor », Georges ou Emilien sont aussi valables, mais il faudra vous souvenir qu’il s’agir d’un proxy passant par Tor. Vous pouvez aussi choisir la couleur que prendra votre renard, j’ai choisi un bleu-vert sympathique.

nom

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à remplir les paramètres spécifiques à Tor : port, adresse IP… et le tour est joué. dans l’onglet suivant qui ressemble à ça lorsqu’il est vide :

1

Et à ça lorsqu’il est bien rempli :

2

Il ne vous reste plus qu’à choisir, le moment venu, de surfer via ce proxy,en cliquant sur le renard avec la touche à droite du mulot et choisir « utiliser le proxy (Emilien, Tor, Jean-Jacques…) pour toutes les URL ». N’oubliez pas de vous connecter au réseau Tor dans un premier temps.

Capture du 2014-01-09 14:38:32

  • Les liens qui vont bien

Orbot, Tor pour mobiles
Tails, la distro live avec les paramètres qui vont bien
Utiliser Tor, ne remplace pas les habitudes de sécurité

Barrez-vous ! Felix Marquardt

Sur le fond, l’appel « Barre-vous » m’avait sympathiquement interpellé puisque ce que je suis aujourd’hui est aussi le fruit de l’apprentissage de trois ans et demi à l’étranger, en volontariat, en freelance, en claquettes et en bus de nuit, de ces rencontres, de ces langues et cultures apprises sur place…

Sur le fond, l’appel « Barre-vous » m’avait sympathiquement interpellé puisque ce que je suis aujourd’hui est aussi le fruit de l’apprentissage de trois ans et demi à l’étranger, en volontariat, en freelance, en claquettes et en bus de nuit, de ces rencontres, de ces langues et cultures apprises sur place…

J’avais d’ailleurs à l’époque résumé ça dans un billet que tu peux lire par ici.

C’est donc assez sympathiquement que j’ai ouvert le bouquin vendu comme une série de bons plans pour partir à l’étranger. Déjà, le ton surprend. Quand Felix s’adresse au djeun’s, pas question de lui parler avec respect, on le tutoie directement.

Ensuite, les « bons plans » ressemble plus à une série d’ides balancées à la va-vite en mode « fais ça ! » sans grande explication. Ok, tu peux faire u fruit picking en Australie mais comment tu y vas, quels sont les temps d’attente pour le visa ? Les différents types de visas ? Comment se déplacer à l’intérieur du pays ? Peu importe, puisqu’on vous dit que c’est u bon plan. Trouver du boulot dans un centre culturel français, une ambassade directement dans le pays…. bah oui, sauf que le « bon plan » oublie de préciser qu’il s’agit souvent de contrats de droit local, sans aucune sécurité sociale et que les places sont chères, il faut souvent avoir un bon réseau pour y accéder, sauf dans des pays où personne ne veut aller. Ça non plus, ce n’est pas préciser.

En gros, le bouquin est une succession d’idées, parfois (même souvent) bonnes, mais pas de bons plans. Le bon plan, c’est quand il y a un minimum de concret lié aux idées.

Par ailleurs, certaines idées se répètent parfois et surtout d’autres ne sont pas appropriées.

Par exemple, celle liée au gardiennage de maison, qu’on vous présente comme un truc très sympa pour ne pas payer son logement quand on va à l’étranger quelques jours, semaines…. et en plus, ce petit boulot de gardiennage de magnifiques baraques vous permet d’être rémunéré. Que demande le peuple ? Sauf que, un des liens proposés pointe vers un site recherchant des retraités et vous proposant de faire garder votre maison par des papi-mamie… pas vraiment le bon plan pour un djeun’s… ou alors quelqu’un qui était jeune il y a longtemps.

La lecture est rapide est sympa, le bouquin propose des bonnes idées mais il ne faut pas s’attendre à vraiment y trouver des « bons plans » à proprement parler. L’espace rédactionnel consacré aux petites phrases sonnant faussement djeun’s y aurait gagné à être rempli par des adresses d’organismes, d’infos sur les visas, les démarches pour obtenir son passeport en France, les pièces nécessaires à monter un dossier Erasmus, etc… Un peu déçue, donc.

Enfin, la Une interpelle. On parle tout au long du livre de  rencontres, d’ouverture d’esprit, de faire évoluer les mentalités, etc… sauf que la Une du bouquin représente des filles dans des bateaux et voitures roses et un garçon conduisant un train bleu habillé en rouge, un autre conduisant un avion rouge habillé en bleu… sexiste à souhait ! Voila la meilleure idée trouvée par l’auteur pour donner aux jeunes l’envie de se barrer !

Surveillance : To Protect And Infect, Part 2

On croyait qu’on en avant déjà beaucoup entendu sur les questions de surveillance, notamment après la dernières sortie du Spiegel… Et bien non ! Tout du propriétaire des dernières révélations par Jacob Appelbaum et c’est quelque peu flippant.

Vidéo issue des conférences du 30c3 qui s’est tenu à Hambourg du 27 au 31 décembre dernier. Les confs sont à télécharger librement au format que vous préférez à partir de cette page.

Géolocalisation, l’art de la servitude volontaire

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Vous trouvez ça fun ?

Si vous possédez une téléphone Androïd et que la fonction « géolocalisation » est activée, Google peut savoir exactement en temps réel où tu te trouves, mieux, tes anciens déplacements, y compris huit ou dix mois en arrière, sont aussi stockés.

Source image : techcrunch

tu peux toi aussi « t’amuser » à voir où tu étais il y a 8 mois à 14h42 en cliquant sur ce lien.

Heureusement, si la fonction géolocalisation de ton téléphone n’est pas activée, si elle ne l’est jamais, ils n’ont rien. J’ai fait le test, impossible pour les serveurs de me renvoyer quoi que ce soit :

Capture du 2013-12-24 13:41:15

C’est quand même assez hallucinant, pas surprenant, mais hallucinant tout de même, qu’ils aient mis en place ce système.

Moralité, tu ne pourras pas dire que tu n’étais pas au courant, si tu veux que tes faits et gestes (ne) soient (pas) enregistrés, tu sais ce qu’il te reste à faire.

  • Les liens qui vont bien

Google est ton ami (ou pas)
L’article original de Techcrunch

Fête fatale, William Katz

Du sous Douglas Kennedy (oui,oui, je te l’accorde, il faut le faire…). La version livre du telefilm du début d’après midi sur M6… Présenté comme un thriller, cet ouvrage ne contient ni horreur ni vraiment de suspense tant, dès le début tout est cousu de fil blanc.

Du sous Douglas Kennedy (oui,oui, je te l’accorde, il faut le faire…). La version livre du telefilm du début d’après midi sur M6… Présenté comme un thriller, cet ouvrage ne contient ni horreur ni vraiment de suspense tant, dès le début tout est cousu de fil blanc.

Le pitch ? Une nénette veut organiser une grande fête pour les 40 ans de son mari, elle contacte son ancienne école, son ancienne université et pas de trace de lui. Idem pour le régiment dans lequel il aurait fait la guerre du Vietnam.

Elle cherche la trace que quelqu’un d’autre aurait pu laisser au service des personnes disparus du commissariat le plus proche.

Bien entendu, le bonhomme est un meurtrier qui a changé d’identité, mais ça, on le comprend depuis le début d bouquin. Il sait qu’elle sait, elle sait qu’il sait qu’elle est au courant mais…. rien. Aucun travail sur la psychologie des personnages, sur le grand théâtre dans lequel ils évoluent pour éviter la confrontation. Tout va bien, elle a peur et c’est tout…

Snowden, Internet, surveillance, viol, terrorisme, sexisme, porno, malbouffe… Les liens du dimanche #33

Snowden, Internet, surveillance, viol, terrorisme, sexisme, porno, malbouffe… Les liens du dimanche #33

Welcome in your world !


Les vœux de Noël d’Edward Snowden par lemondefr

Dans ton monde, au lieu d’aller chercher des sous en attaquant des gens, Iron Maiden a décidé de caler sa tournée sur les villes où ses morceaux sont le plus téléchargés… et ça fonctionne !

Dans ton monde, en 2012, les renseignements français ont émis 197.057 demandes d’interceptions de données de connexions, 23% seulement concernant le « terrorisme » alors qu’à Madrid, on teste les drones de surveillance.

Dans ton monde, il n’y a pas que Victor Hugo qui fut clairvoyant sur l’avenir, Asimov s’est aussi plutôt bien illustré.

En Inde, une victime de viol collectif a été brûlée vive pour avoir porté plainte alors qu’en Egypte, une compagnie de téléphone est accusée de terrorisme par l’armée… Pire que Moubarak, on vous dit.

Dans ton monde, une chronique sur la misogynie dans le jeu vidéo GTA V déclenche une vague de propos sexistes et homophobes à l’encontre de la personne qui a rédigé la chronique. A Peshawar, alors qu’on voile et cache les femmes, le cinéma porno fait recette.

« Pour Ruwen Ogien, les paniques morales émergent à chaque fois qu’une invention perturbe l’ordre social », d’après ce site canadien, qui tente d’expliquer pourquoi la méconnaissance d’Internet entraîne la peur de nos élites.

Enfin, bon appétit, un site web de Mac Donald’s dédié à ses employés, leur déconseille de manger de la nourriture type fast food sous prétexte qu’elle serait mauvaise pour la santé…