Géolocalisation, l’art de la servitude volontaire

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Vous trouvez ça fun ?

Si vous possédez une téléphone Androïd et que la fonction « géolocalisation » est activée, Google peut savoir exactement en temps réel où tu te trouves, mieux, tes anciens déplacements, y compris huit ou dix mois en arrière, sont aussi stockés.

Source image : techcrunch

tu peux toi aussi « t’amuser » à voir où tu étais il y a 8 mois à 14h42 en cliquant sur ce lien.

Heureusement, si la fonction géolocalisation de ton téléphone n’est pas activée, si elle ne l’est jamais, ils n’ont rien. J’ai fait le test, impossible pour les serveurs de me renvoyer quoi que ce soit :

Capture du 2013-12-24 13:41:15

C’est quand même assez hallucinant, pas surprenant, mais hallucinant tout de même, qu’ils aient mis en place ce système.

Moralité, tu ne pourras pas dire que tu n’étais pas au courant, si tu veux que tes faits et gestes (ne) soient (pas) enregistrés, tu sais ce qu’il te reste à faire.

  • Les liens qui vont bien

Google est ton ami (ou pas)
L’article original de Techcrunch

This post has already been read 1917 times!

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

Une réflexion sur « Géolocalisation, l’art de la servitude volontaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *