Ravage, Barjavel

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Un des premiers ouvrages de SF en France mais qui n’a pas vraiment mal vieilli.

Talents « endormis », Montmartre rasé, les artistes doivent passer un concours, entrer dans le rang. Fini l’anarchie, la recherche, la cogitation. Dans de beaux appartements, ceux qui réussissent travail sur le « beau » qui leur est dicté. Les peintres qui ne rentrent pas dans le rang peuvent continuer a peindre, mais pas à vendre. La société les affame.

Dans une société du futur, mais un futur pas si lointain, c’est le règne de l’oligarchie. Les puissants et chefs d’entreprises ont tous les pouvoirs.

Arrive une coupure « d’energies » monumentale, les voitures ne circulent plus, les communications sont coupées, les usines s’arrêtent brusquement. Le cataclysme sans explication illustre la dépendance de notre société au confort matériel, à la suppression quotidienne de l’effort au profit du bien-être. Le fait de ne rien faire par soi-même, de ne pas (plus) savoir comment tout fonctionne est une problématique qu’on retrouve aujourd’hui, notamment autour de la sécurité informatique.

S’en suivent des scènes d’apocalypse, comme ce feu qui ravage l’est parisien, les pillages, le feu qui se propage jusque dans les campagnes, les forêts, la montée de l’individualisme motivée par la survie.

Une poignée de personnes unies se mettent à traverser la France pour gagner le sud de la Loire, la rivière étant le seul rempart contre le feu. Au nord de la Loire, des hommes se transforment peu à peu en animaux pour survivre. Le petit groupe s’installe et repeuple le monde tels les premiers hommes et s’opposent au progrès.

Avis mitigé. Bouquin très bien écrit, histoire prenante qui nous ramène à notre quotidien, mais dans un même temps, qui ne sert qu’un message politique farouchement opposé au progrès au profit d’une société collectiviste. Les « nouveaux premiers hommes » n’ont pas d’argent, construisent en groupe, instaurent la polygamie et pas question de créer, d’inventer, de rechercher… on en arrive au final à la même censure déployée contre les artistes en début de roman.

(merci @recifs pour le repérage d’une petite coquille)

This post has already been read 1211 times!

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *