« J’ai kidnapé vos filles et je les vendrai sur le marché »

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

« J’ai kidnapé vos filles et je les vendrai sur le marché. » C’est un des responsbles du groupe Boko Haram qui tient ces propos dans une vidéo suite à l’enlèvement, le 14 avril dernier, de 233 lycéennes au Nigéria. Plusieures d’entre elles seraient mortes, d’après le correspondant de Channel4 dans la région.


Esclavagisme, mariage forcé, ces jeunes femmes subissent, encore une fois, le machisme imposé par la religion et surtout le fondamentalisme. Alors oui, il s’agit d’une branhe particulière d’une religion, mais j’attends toujours qu’on me désigne une religion dans laquelle la société proposée n’est pas calquée sur un modèle patriarcal.
Revenons-en à ces jeunes femmes…

Les tarés qui les ont enlevées leur reprochent aujourd’hui d’être allées à l’école puisque leur place, selon eux, est à la maison… Ils n’en seraient pas à leur coup d’essai selon cet article du Monde.

Je rappelle que le droit à l’éducation apparaît dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (dans l’article 26) et dans la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (dans les articles 1 et 10 3), ainsi que dans d’autres textes tels que la Convention relative aux droits de l’enfant.

Au delà du fit que l’enlèvement est choquant, que le « motif » de ces malades l’est encore plus, on s’inscrit vraiment plus largement dans un problème sociétal. Je m’explique :

L’utilisation du téléphone mobile, qui nous sert un peu à tout sauf à griller les tartines, explose aujourd’hui en Afrique où, en 2010, on dénombrait un mobile pour 3 personnes. Or, l’accès n’est pas le même pour tous puisqu’on note dans certains pays un écart énorme entre hommes et femmes. Pourquoi ? Parce qu’elles ne vont pas à l’école, le savent pas lire, ne parlent donc qu’un/des dialecte(s), et que les langues de paramétrage de l’appareil sont soit l’anglais, soit la langue officielle du pays, langue que l’on apprend que si l’on es scolarisé(e), contrairement au dialecte que tout le monde parle. C’est très bien expliqué par une spécialiste de l’Afrique en vidéo par ici.

L’heure est aujourd’hui à la mobilisation sur les réseaux, nous sommes nombreux à vomir cette situation, aux rumeurs aussi. Des articles parlent de la vente de ces jeunes comme épouses de l’autre côté des frontières du Nigeria, au Tchad et au Cameroun pour 12 $.

Capture du 2014-05-07 09:46:06

This post has already been read 3066 times!

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *