Je ne suis pas Charlie

Charlie est mort avec ceux qui le faisaient et il est trop tard pour se réveiller.

Facebooktwitterlinkedinmailby feather

Il y a des jours où tu te réveilles et tu te rappelles.

Ce matin, je me suis réveillée,

Je me suis rappelée qu’Aline a eu un bébé et que je dois prendre des nouvelles, que Latifa m’a laissé un message, que je dois lui téléphoner, que j’ai tout plein de trucs prévus ce week-end puisque j’ai tout repoussé mes passe-temps de soirée vu que je travaille assez tard toute la semaine.

Ce midi, je me suis réveillée et je me suis rappelée.

Je me suis rappelée comment on s’amusait, en 2003 avec des copains, à voir si Cabu dessinait au Monde ou envoyait ses dessins par fax (oui, un sombre ancêtre des moyens de communication modernes). Quand il les faxait, on pouvait voir que le trait n’était pas totalement net mais pixelisé, la machine qui crachait le dessin du lendemain prenait bien soin de laisser sa marque et sacader le trait.

Ce midi, je me suis réveillée et je m suis rappelée;

Je me suis rappelée qu’avec mes premières pépettes, gagnées en faisant du ménage alors que je n’étais qu’une ado, j’hésitais entre le portrait de Libé et la chronique du père Pelloux. Je me suis rappelée qu’avec la charcuterie, je demandais toujours un Charlie Hebdo quand une connaissance, un collègue, un visiteur, prenait l’avion de France direction l’Egypte, le Laos, la Tunisie.

Ce midi, je me suis souvenue

Je me suis souvenue des polémiques en 2012, du vivre ensemble, des amalgames faciles à faire et des gens que tu regardes de travers dans le métro.

La journée a continuer à passer, avec son lot d’événements, on est bien conditionnées, formatés, il faut avancer et continuer. Ne pas réfléchir, l’inconscient fait ça très bien à l’occasion.

Occulter, ça ‘appelle.

Et puis je suis rentrée, je me suis réveillée et je me suis rappelée.

Rappelée que c’était chaud en 2011 aussi, qu’on en avait parlé fin 2011, à mon retour en France, dans une librairie de Saint-Michel, que Charb souriait et qu’avec Luz, ils passaient super longtemps à discuter avec tout le monde. Je me rappelle du calme de Charb, impassible face à la critique. C’était l’époque où il pouvait parler de tout et nous faire rire sans avoir un garde du corps qui lui collait aux basques.

Je me réveille et je me rappelle qu’en fait, à chaque fois, du plus loin que je me souvienne, ce journal est lié à de bons souvenirs. Des souvenirs de lectrice, des souvenirs rigolos, des débats politiques et idéalistes avec mes colocs en Egypte ou en Tunisie.

Je ne suis pas Charlie.

Charlie est mort avec ceux qui le faisaient et il est trop tard pour se réveiller.

Il ne nous reste plus que des souvenirs, de ceux auxquels on pense en se mettant en boule dans un coin avec un verre d’alcool un peu trop fort. Je me souviens que dans ces moments-là, un Charlie traînait pas loin et gagnait la bataille contre le duo skaî et Mano Solo;

Demain matin, je vais me réveiller et Charlie ne sera pas là pour me distraire et me rappeler pousser le son un peu moins fort. Charlie est mort avec ceux qui le faisaient et il est trop tard pour se réveiller.

twitterlinkedinby feather

Auteur : Ju

Manager en sécurité informatique, je travaille sur le secteur depuis plusieurs années après une reconversion réussie suite à 12 annés dans le journalisme. J'adore la recherche, Je suis certifiée Iso/CEI 27001 Lead Auditeur (PECB) – ISLA1006895-2015-09. Parfois, je donne des cours et des conférences, et j’ai eu deux livres publiés par un éditeur… il y a fort longtemps.

2 réflexions sur « Je ne suis pas Charlie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *