Quand Guy Birenbaum se relève

C’est avec l’esprit un peu embrouillé que je referme le livre de l’ami Guy Birenbaum, Vous m’avez manqué, histoire d’une dépression française. Il y raconte plusieurs mois d’errance, glissant vers ce que nous appelons le « burn out » que lui préfère nommer « burn in », et les ravages que cette maladie aura causé dans sa vie de tous les jours. Il parle aussi de l’après, du travail qu’il y a à accomplir pour guérir. Enfin, il nous renvoie aux dérives de la société dans laquelle nous évoluons.

Continuer la lecture de « Quand Guy Birenbaum se relève »

L’Egypte en révolutions

Dirigé par Bernard Rougier et Stephane Lacroix

L’Egypte, 90 millions d’habitants, dont près d’un quart se concentrent sur la mégalopole du Caire. Quatre ans après le renversement d’Hosni Moubarak, l’ancien président déchu, les caméras ont déserté la place Tahrir et c’est maintenant que commence le travail des chercheurs qui ont assez de recul pour analyser la période de reconstruction.

Ce livre présente différentes études, tant démographiques, que politiques, historiques et économiques, permettant de comprendre au mieux l’Egypte d’aujourd’hui.

Continuer la lecture de « L’Egypte en révolutions »

De la souverainté numérique

Et voila, tu te trouves encore sans lecture en cette fin de vacances estivales.
Pas grave, j’ai la solution !
L’association Ritimo a sponsorisé la création d’un bouquin fichtrement bien fichu sur la suveraineté numérique avec des auteurs tels que Richard Stallman, Alex Hache, Elleflane, Tatiana de la O, Karlessi, Ippolita, Marcell Mars, Hellekin, et tout plein d’autres gens biens.

Continuer la lecture de « De la souverainté numérique »

A portée de crachat

Un jeune Palestinien, décide de quitter son pays puisque la seule possibilité qui s’offre à lui et de faire partie de cette longue file de jeunes hommes qui passent leurs journées dans la rue à papoter et cracher sur le sol.

Capture du 2014-04-02 11:22:51Une fois n’est pas coutume, ce mercredi, nous parlons Théâtre. Je suis allée voir récemment A portée de crachat au théâtre du Rond-Point (Paris) et je vous le conseille vivement. Attention, il ne vous reste qu’une petite semaine pour le voir sur place.

 Le pitch ?

Un jeune Palestinien, décide de quitter son pays puisque la seule possibilité qui s’offre à lui et de faire partie de cette longue file de jeunes hommes qui passent leurs journées dans la rue à papoter et cracher sur le sol.

Il est acteur, joue des pièces sur les droits de l’Homme quand il arrive à atteindre le théâtre, les jours où il n’y a ni émeute, ni bombardement.

Continuer la lecture de « A portée de crachat »

L’expérience Blocher

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de cinéma. L’Expérience Blocher, sorti à la mi-février, est un documentaire sur le leader nationaliste suisse, Christoph Blocher.

Me voilà enfin de retour !

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de cinéma. L’Expérience Blocher, sorti à la mi-février, est un documentaire sur le leader nationaliste suisse, Christoph Blocher.

Capture du 2014-03-13 17:52:17

Continuer la lecture de « L’expérience Blocher »

Les montagnes hallucinées, Lovecraft

Lovecraft aurait pu écrire une super nouvelle, il a préféré en faire un mauvais bouquin. Et c’est dommage, on a tous les éléments de la réussite.

Capture du 2014-02-21 11:39:52

Lovecraft aurait pu écrire une super nouvelle, il a préféré en faire un mauvais bouquin. Et c’est dommage, on a tous les éléments de la réussite.

Continuer la lecture de « Les montagnes hallucinées, Lovecraft »

Barrez-vous ! Felix Marquardt

Sur le fond, l’appel « Barre-vous » m’avait sympathiquement interpellé puisque ce que je suis aujourd’hui est aussi le fruit de l’apprentissage de trois ans et demi à l’étranger, en volontariat, en freelance, en claquettes et en bus de nuit, de ces rencontres, de ces langues et cultures apprises sur place…

Sur le fond, l’appel « Barre-vous » m’avait sympathiquement interpellé puisque ce que je suis aujourd’hui est aussi le fruit de l’apprentissage de trois ans et demi à l’étranger, en volontariat, en freelance, en claquettes et en bus de nuit, de ces rencontres, de ces langues et cultures apprises sur place…

J’avais d’ailleurs à l’époque résumé ça dans un billet que tu peux lire par ici.

C’est donc assez sympathiquement que j’ai ouvert le bouquin vendu comme une série de bons plans pour partir à l’étranger. Déjà, le ton surprend. Quand Felix s’adresse au djeun’s, pas question de lui parler avec respect, on le tutoie directement.

Ensuite, les « bons plans » ressemble plus à une série d’ides balancées à la va-vite en mode « fais ça ! » sans grande explication. Ok, tu peux faire u fruit picking en Australie mais comment tu y vas, quels sont les temps d’attente pour le visa ? Les différents types de visas ? Comment se déplacer à l’intérieur du pays ? Peu importe, puisqu’on vous dit que c’est u bon plan. Trouver du boulot dans un centre culturel français, une ambassade directement dans le pays…. bah oui, sauf que le « bon plan » oublie de préciser qu’il s’agit souvent de contrats de droit local, sans aucune sécurité sociale et que les places sont chères, il faut souvent avoir un bon réseau pour y accéder, sauf dans des pays où personne ne veut aller. Ça non plus, ce n’est pas préciser.

En gros, le bouquin est une succession d’idées, parfois (même souvent) bonnes, mais pas de bons plans. Le bon plan, c’est quand il y a un minimum de concret lié aux idées.

Par ailleurs, certaines idées se répètent parfois et surtout d’autres ne sont pas appropriées.

Par exemple, celle liée au gardiennage de maison, qu’on vous présente comme un truc très sympa pour ne pas payer son logement quand on va à l’étranger quelques jours, semaines…. et en plus, ce petit boulot de gardiennage de magnifiques baraques vous permet d’être rémunéré. Que demande le peuple ? Sauf que, un des liens proposés pointe vers un site recherchant des retraités et vous proposant de faire garder votre maison par des papi-mamie… pas vraiment le bon plan pour un djeun’s… ou alors quelqu’un qui était jeune il y a longtemps.

La lecture est rapide est sympa, le bouquin propose des bonnes idées mais il ne faut pas s’attendre à vraiment y trouver des « bons plans » à proprement parler. L’espace rédactionnel consacré aux petites phrases sonnant faussement djeun’s y aurait gagné à être rempli par des adresses d’organismes, d’infos sur les visas, les démarches pour obtenir son passeport en France, les pièces nécessaires à monter un dossier Erasmus, etc… Un peu déçue, donc.

Enfin, la Une interpelle. On parle tout au long du livre de  rencontres, d’ouverture d’esprit, de faire évoluer les mentalités, etc… sauf que la Une du bouquin représente des filles dans des bateaux et voitures roses et un garçon conduisant un train bleu habillé en rouge, un autre conduisant un avion rouge habillé en bleu… sexiste à souhait ! Voila la meilleure idée trouvée par l’auteur pour donner aux jeunes l’envie de se barrer !

Fête fatale, William Katz

Du sous Douglas Kennedy (oui,oui, je te l’accorde, il faut le faire…). La version livre du telefilm du début d’après midi sur M6… Présenté comme un thriller, cet ouvrage ne contient ni horreur ni vraiment de suspense tant, dès le début tout est cousu de fil blanc.

Du sous Douglas Kennedy (oui,oui, je te l’accorde, il faut le faire…). La version livre du telefilm du début d’après midi sur M6… Présenté comme un thriller, cet ouvrage ne contient ni horreur ni vraiment de suspense tant, dès le début tout est cousu de fil blanc.

Le pitch ? Une nénette veut organiser une grande fête pour les 40 ans de son mari, elle contacte son ancienne école, son ancienne université et pas de trace de lui. Idem pour le régiment dans lequel il aurait fait la guerre du Vietnam.

Elle cherche la trace que quelqu’un d’autre aurait pu laisser au service des personnes disparus du commissariat le plus proche.

Bien entendu, le bonhomme est un meurtrier qui a changé d’identité, mais ça, on le comprend depuis le début d bouquin. Il sait qu’elle sait, elle sait qu’il sait qu’elle est au courant mais…. rien. Aucun travail sur la psychologie des personnages, sur le grand théâtre dans lequel ils évoluent pour éviter la confrontation. Tout va bien, elle a peur et c’est tout…