Un boite pour le RasPi

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier. J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier.

J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

Raspi1

Continuer la lecture de « Un boite pour le RasPi »

#RasPi Raspi-config vs GParted

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Pour vérifier si c’est votre cas, commencez par vous connecter au RasPi soit en ssh, c’est mon cas, soit face à votre écran) et entrez une simple commande :

df -h

Là, vous verrez la taille de votre partition. Si elle occupe les 8 gigas ou quasi, vous pouvez d’ores et déjà faire joujou avec le serveur miniature, mais dans le cas contraire, il faut se relever les manches. On trouve pas mal de tutos dédiés au fait de faire prendre toute la place à RaspBian sur la carte SD, plus ou moins obscurs.

On trouve par exemple de délicieuses, mais héroïques prises de tête via ligne de commande, des connexion via Putty pour les utilisateurs windows, des conseils des uns et des autres qui ne s’entendent pas. On m’a conseillé d’utiliser GParted, en toute simplicité, comme pour quand je bidouille de la partoche sur clé USB.

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.29.59

Je trouve la partition principale, j’UMOUNT bien entendu et je la redimensionne en sifflotant. C’est simple comme trois clics.

GParted debut

Opération réussie me dit la machine.

GpartedOK

Sauf que… Sauf que ça ne fonctionne pas ! Et j’ai au passage crashé la machine, heureusement que je n’avais pas encore trop installé de trucs dessus. Il me faut donc reprendre l’installation à zéro, on verra plus tard pour le firmware et le password.

La machine 1 – Juju 0

Une fois que c’est fait, rebootons joyeusement. La machine en avait décidé autrement. Pas possible de m’y connecter en SSH. Mon terminal m’envoie tout un tas de sympathique avertissements pour me mettre en garde… et impossible de me connecter à mon RasPi. Impossible aussi de trouver de la doc qui s’y rapporte.

Warning

Respirer, souffler, toussa… J’essaie de passer par radioTwitter, nous verrons bien. Et ça a fonctionné grâce aux bonnes idées de @kalimeroforever et @sniperovitch et sans alcool (!!!!)

ssh -keygen -R ipdelamachine

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.33.57

Et win ! on arrive enfin à se connecter au RasPi avec les identifiants non pas habituels, mais les identifiants par défaut de Raspbian puisque je te rappelle qu’on a refait une install (et qu’il faudra tout se retaper…). Sauf que ça ne nous dit toujours pas si la partoche fait la bonne taille. On refait le « df tout ça » expliqué plus haut. Et non, on est bon pour étaler le Pi.

sudo raspi-config

C’est tout bleu. il suffit de chercher la ligne mentionnant l’espace de ta carte SD (dans mon cas, il s’agissait de la première ligne) et de cliquer sur Entée. Là, un message de confirmation apparaît.

resizeOK

La machine 1 – Juju 1

Il ne reste plus qu’à cliquer sur « finish » en se disant « rhooo mais c’est tout !? » et à rebooter la machine. Là, même commande pour vérifier si le Pi a bien pris toute sa place.

df -h

J’ai gagné ! Il est maintenant temps de passer à l’install Ngnix.

  • Les liens qui vont bien

Introduction à l’auto-hébergement
Mise à jour du firmware du RasPi
C’est quoi donc un RasPi ?

CodeAcademy

Voilà un petit moment que j’essayais d’apprendre à coder. Coder quoi ? Coder EN quoi ? JE n’étais pas vraiment fixée au début. Le but était juste de comprendre parfois, quand les gens parlent autour de moi. Du moins, c’était l’objectif de départ.

Voilà un petit moment que j’essayais d’apprendre à coder. Coder quoi ? Coder EN quoi ? Je n’étais pas vraiment fixée au début. Le but était juste de comprendre parfois, quand les gens parlent autour de moi. Du moins, c’était l’objectif de départ.

Les tutos, pas mon style d’apprentissage pour le code (ou alors je n’ai pas trouvé les bons)… le copier/coller sans comprendre parce que manque d’explications, non merci. Les bouquins ? Bonne idée, j’en ai trouvé de très intéressants, le problème, c’est qu’avec un bouquin dans les mains, on n’est pas toujours devant un ordinateur, typiquement dans le métro. Alors on oublie, on repasse, on oublie de nouveau parce qu’on est déjà passé à autre chose, en théorie, quand on a envie de tester.

C’est Renaud, le pote bidouilleur qui un jour m’a conseillé d’aller faire un tour sur CodeAcademy. Pas trop convaincue au départ, j’ai regardé à gauche à droite. Il n’y avait pas tant de langages à apprendre l’été dernier.

Alors je lui ai demandé conseil : « essaie le Python, c’est un langage de prototypage et c’est plus simple que le C. » En fait, c’est juste le mot « prototypage » qui m’a convaincue. J’allais prototyper je ne sais pas quoi mais j’étais faite pour le prototypage, je le sentais.

Prototypage

Je prototype, tu prototypes, il prototype, nous calons, vous cogitez, ils recommencent. Plus j’avançais, plus je cheminais sur la voie du prototypage, plus je galérais malgré les petits indices sur certains exercices et malgré les lectures annexes pour comprendre des trucs. Des maths. Le prototypage devait donc passer par des maths… Du moins d’après les exercices de la première partie concernant le Python. Je n’ai rien contre les maths… C’est juste qu’eux et moi, on n’a pas la même logique. Et sans m’avancer, la mienne parait vraiment plus funky.

Alors j’ai commencé à moins aimer prototyper, j’avais trouvé du boulot à temps plein, pour écrire des trucs sérieux, j’avais un bouquin à finir… et le prototypage s’est fait la malle sans même que je ne m’en aperçoive.

Je suis repassée sur CodeAcademy il y a quelques semaines pour aller voir ce qu’ils proposent en html. Je bidouille un poil sur le blog quand je ne suis pas d’accord avec mon thème ou avec WordPress et je vais chercher de quoi modifier du html pour apprendre et accessoirement avoir raison face à la machine.

Capture1

Alors j’ai commencé à apprendre le html. Non seulement je trouve ça très facile mais j’ai trouvé des analogies avec l’apprentissage de langues (du moins avec l’apprentissage du laotien et de l’arabe, appris sur le tas). Les <h2></h2><h6></h6> deviennent des tons, les <ul></ul><ol></ol> des conjugaisons, auxquelles il faudrait rajouter <li> au début de chaque personne… Tiens, en arabe aussi, on modifie parfois le début du verbe…

Alors j’avance

J’apprends via les petits jeux que propose CodeAcademy, comme j’apprenais en jouant avec les petites madames du marché de mon village laotien, langue tonale oblige. Un <h2>khrai</h2> signifie « poulet » alors qu’un <h5>khrai</h5> signifie « loin ».

Pas de maths pour l’instant, me voilà loin du chemin du prototypage, mais tant pis, je m’amuse et je teste directement ce que j’apprends sur le blog, ne t’étonne donc pas, lecteur, si tu te retrouves avec du rouge, du vert (oui, ça y est, j’ai appris les couleurs) ou avec des morceaux de texte en 16px à côté d’autres en 12px…

Et en s’amusant à afficher les codes sources de pages, je m’amuse aussi à déchiffrer… c’est comme l’apprentissage de la lecture en arabe, le côté retour à 6 ans en déchiffrant les panneaux sur la route, les enseignes des boutiques.

Pour le prototypage, on verra plus tard. Pour l’instant, on s’amuse et c’est le pivot de la méthode CodeAcademy : du jeu, de petits exercices très courts, qui se répètent, façon méthode assimil, mais avec des nouveautés à chaque fois.

Et en cas de panne, tu cliques à gauche, tu cliques à droite et si ça ne fonctionne pas, il y a toujours une réponse sur IRC ou sur twitter, comme dans le cas de cet exercice sur lequel j’ai passé deux jours avant de comprendre que non, les <ol> et<ul> n’étaient pas à la bonne place parce que non, ils ne doivent pas être à l’intérieur des <p>.

Capture Capture2

Pour en savoir plus, direction CodeAcademy