Snowden, Internet, surveillance, viol, terrorisme, sexisme, porno, malbouffe… Les liens du dimanche #33

Snowden, Internet, surveillance, viol, terrorisme, sexisme, porno, malbouffe… Les liens du dimanche #33

Welcome in your world !


Les vœux de Noël d’Edward Snowden par lemondefr

Dans ton monde, au lieu d’aller chercher des sous en attaquant des gens, Iron Maiden a décidé de caler sa tournée sur les villes où ses morceaux sont le plus téléchargés… et ça fonctionne !

Dans ton monde, en 2012, les renseignements français ont émis 197.057 demandes d’interceptions de données de connexions, 23% seulement concernant le « terrorisme » alors qu’à Madrid, on teste les drones de surveillance.

Dans ton monde, il n’y a pas que Victor Hugo qui fut clairvoyant sur l’avenir, Asimov s’est aussi plutôt bien illustré.

En Inde, une victime de viol collectif a été brûlée vive pour avoir porté plainte alors qu’en Egypte, une compagnie de téléphone est accusée de terrorisme par l’armée… Pire que Moubarak, on vous dit.

Dans ton monde, une chronique sur la misogynie dans le jeu vidéo GTA V déclenche une vague de propos sexistes et homophobes à l’encontre de la personne qui a rédigé la chronique. A Peshawar, alors qu’on voile et cache les femmes, le cinéma porno fait recette.

« Pour Ruwen Ogien, les paniques morales émergent à chaque fois qu’une invention perturbe l’ordre social », d’après ce site canadien, qui tente d’expliquer pourquoi la méconnaissance d’Internet entraîne la peur de nos élites.

Enfin, bon appétit, un site web de Mac Donald’s dédié à ses employés, leur déconseille de manger de la nourriture type fast food sous prétexte qu’elle serait mauvaise pour la santé…

Fondation, Asimov

C’est une relecture. Pas convaincue la première fois, j’ai décidé d’y revenir après avoir pas mal lu et aimé les nouvelles écrites par Asimov.

Le pitch ? Un savant qui a prévu le destin de l’humanité par une alliance de psychologie des mases et de mathématiques envoie deux missions sur des planètes bien distinctes sous couvert de réaliser une étude encyclopédique sur plusieurs décennies.

C’est une relecture. Pas convaincue la première fois, j’ai décidé d’y revenir après avoir pas mal lu et aimé les nouvelles écrites par Asimov.

Le pitch ? Un savant qui a prévu le destin de l’humanité par une alliance de psychologie des mases et de mathématiques envoie deux missions sur des planètes bien distinctes sous couvert de réaliser une étude encyclopédique sur plusieurs décennies.

Les décennies se transformeront en siècles, et nous suivrons petit à petit la supposée chute de l’empire de Trantor, l’essor de Terminus, petite planète où sont envoyés des chercheurs, l’expansion de son pouvoir via un savant mélange de technique et de religion…

Les dirigeants et les personnages se succèdent, les crises et attaches aussi. Le temps passe et les événements ne décrivent finalement qu’une boucle sans fin. On sait à l’avance, à chaque aventure, comment elle va se terminer, et c’est parfois bien dommage.

Petit détail, on pourrait presque diviser le bouquin en deux parties. La première partie, plus de 400 pages, est celle des hommes. Le seul personnage féminin qu’on entr’aperçoit est celui de la fille de… devenue la femme de… sans grande importance.

Ensuite, ce sont les nénettes qui mènent la danse. Une jeune mariée démocrate révolutionnaire, une maitresse qui influence son puissant amoureux, une petite fille intelligente qui comprendra ce que savants et sages n’avaient pas compris.

Avis mitigé. Je reste sur mes nouvelles en me disant qu’Asimov a fait bien mieux, choix tout à fait personnel, mais je dois avouer que le pavé reste assez prenant.