Féminisme, viol, frontières, journalisme, transports, Netneutrality… Les liens du dimanche #15

Welcome in your word ! Un doux monde où, en Somalie, on arrête une femme pour avoir témoigné de son viol en même temps que le journaliste de RFI qui l’a interviewée.

Welcome in your word ! Un doux monde où, en Somalie, on arrête une femme pour avoir témoigné de son viol en même temps que le journaliste de RFI qui l’a interviewée.

Au Mexique, les victimes de viol, toujours, n’auront peut-être bientôt plus le droit d’avorter, le bébé représentant une « preuve » du dit viol… De quoi revenir sur l’un des droits les plus élémentaires de la femme, à savoir celui de décider seule de ce que l’on fait de son corps.

Femmes toujours, et cette fois, il s’agit d’égalité. Même si cette nouvelle ne fait pas vraiment plaisir à tout le monde, les femmes soldats américaines pourront aujourd’hui, elle aussi, être en première ligne des combats.

En Syrie, les femmes fuient leur pays de plus en plus nombreuses puisque le viol est devenu une arme de guerre comme une autre. A ce propos, Amnesty International demande à la Jordanie de ne pas fermer ses frontières aux réfugiés syriens qui affluent.

banksy

Au Mali, enfin, les journalistes aimeraient bien faire leur boulot correctement et Reporters Sans Frontières demande à ce qu’ils puissent enfin accéder à la ligne de front.

Plus légèrement, le site low cost d’Air France fait péter les chiffres… Pas étonnant lorsqu’on voit le service SNCF, vite vu. Pour apaiser les tensions, la société des chemins de fer a la grande idée de se payer des community managers en pensant que cela va améliorer les choses… hmm… z’ont pensé à l’affichage en gare et à l’information du personnel ? A ne pas abandonner les voyageurs en chemin ?

Sur la toile, les députés européens sont en train de brader notre vie privée. Affaire à suivre.

NewsWeek, Twitter, données personnelles, biodéchets, google, SFR, féminisme, USA… Les liens du dimanche #11

Cette semaine, dans ton monde, un colosse de papier a édité son dernier numéro. Newsweek s’éteint, vivotera sur le Ouaibe avec de la dépêche. Newsweek tel que nous le connaissons s’éteint. Un journal qui meurt c’est un peu de démocratie en moins.

Newsweek-Final-Cover
Cette semaine, dans ton monde, un colosse de papier a édité son dernier numéro. Newsweek s’éteint, vivotera sur le Ouaibe avec de la dépêche. Newsweek tel que nous le connaissons s’éteint. Un journal qui meurt c’est un peu de démocratie en moins.

Mis à part ça, les gamins de la twittosphère jouent avec des hashtags et les grands enfants du web qui font du fric sur nos données personnelles pourraient faire l’objet d’une nouvelle taxe.

L’Ademe publie son audit sur les biodéchets, 900.000 tonnes de déchets seraient produits chaque année par le secteur de la restauration.

Chez Google, un homme a fait la grève de la faim pour réclamer deux mois de salaire impayés par le géant américain et l’ancien gouvernement est accusé d’avoir fait un joli cadeau à SFR qui aurait économisé au passage 163 millions d’euros.

LaPeste accuse le NouvelObs d’avoir abusé d’elle et raconte sa situation de pigiste plutôt bien lotie jusqu’à un largage de manière assez pourrie par le média en question.

 ailleurs…

Ailleurs, au loin, au Swaziland que tu vas t’empresser d’aller chercher sur une carte, les femmes n’ont plus le droit de porter la mini-jupe. Avancée sociale ? Alors qu’aux Philippines, on avance dans le bon sens puisque les femmes y ont enfin droit à la contraception… Un pas de plus vers l’indépendance.

Obama remplace Hilary Clinton, qui ne voulait pas garder son poste un second mandat, par John Kerry, ex candidat malheureux à la Maison Blanche.

Cachez cette féminité que je ne saurais voir

Je suis une fille, nous sommes là. Ca ne vous plait pas ? On fait remuer votre petit monde et votre bas ventre ? Ben faudra faire des provisions de vidéos parce que le monde autour de vous évolue et qu’aujourd’hui, on ne baisse plus les yeux quand on nous parle, et c’est un peu le meilleur cadeau qu’on pouvait faire à nos grands-mères qui se sont battues pour que nous puissions travailler, divorcer, étudier.

Je suis une Madame, du moins depuis qu’ils m’empêchent de m’appeler « mademoiselle » sur les papiers administratifs.

Je suis une fille

Je suis une fille avec toute la panoplie qui va avec, le mal au bide, les coups de flip au réveil quand on a un peu trop bu la veille, ceux quand on n’a pas mal au ventre au bon moment, les boobs qui prennent de la place, les petites phrases dans la rue qui n’ont rien à voir en intensité avec les saloperies qu’on entend en Egypte. Je suis une fille et j’y pense tous les jours en prenant ma pilule, et j’y pense encore plus quand je l’oublie.

Continuer la lecture de « Cachez cette féminité que je ne saurais voir »