Lauréate du concours Femmes en Vue

C’est non sans une grande joie que j’ai accueilli l’annonce de la nouvelle : je fais partie des 24 lauréates du prix Femmes en Vue de Vox Femina qui récompense chaque année des femmes expertes dans leur domaine.

Continuer la lecture de « Lauréate du concours Femmes en Vue »

Yousafzai

« Malala » on ne lit et on n’entend que ça ces derniers jours, comme « Ségolène », alors qu’on dit « Arnaud Montebourg », ou « Marine », alors qu’on dit « Julien Rochedy »… Étrange, non ?

La semaine dernière Malala Yousafzai a été nommée prix Nobel de la Paix 2014. Cette Pakistanaise, militante de droits humains engagée pour un accès à l’éducation comme vecteur d’amélioration de vie des plus pauvres et d’insertion sociale et d’émancipation pour les femmes.

« Malala » on ne lit et on n’entend que ça ces derniers jours, comme « Ségolène », alors qu’on dit « Arnaud Montebourg », ou « Marine », alors qu’on dit « Julien Rochedy »… Étrange, non ?

Continuer la lecture de « Yousafzai »

Dans Ton Cloud

Des « célébrités » sont en rogne contre Google(EN) qui faciliterait la multiplication et la circulation de photos d’elles à poil. Si le fait est avéré, elles ont totalement raison, s’agissant de photos privées. Mais le sont-elles vraiment ?

A l’origine, les photos avaient été récupérées sur iCloud via des petits malins qui les ont fait circuler un peu partout sur la toile au mois de septembre.

iCloud, c’est le service de « cloude » d’Apple. C’est quoi donc, le « cloude » ?

Continuer la lecture de « Dans Ton Cloud »

Souveraineté technologique, introduction

Au moment même où j’écris, l’électricité qui alimente mon ordinateur Frankenstein, mille fois opéré et ramené à la vie, se coupe, ce qui contraint l’onduleur à émettre de petits bips. Tout cela contribue à l’impression que j’ai de vivre dans un vaisseau spatial et cela me rappelle combien nos infrastructures peuvent être précaires. Tout comme l’a déclaré Eleanor Saitta il est plus que probable qu’elles nous fassent défaut ou qu’elles nous mènent à notre perte, avant toute chose.

L’absence de planification et de résilience sont causées par une maintenance des infrastructures “publiques” de plus en plus précaire. Des jeux politiques décidés par des personnes dont les vies s’avèrent être plus courtes que les infrastructures qu’elles gèrent. Des pressions et des trafics d’influence pour être réélu et obtenir des postes de confiance. Corruption systématique. La distance entre les institutions et les citoyens, le public privatisé, les communs vandalisés et mis à sac. Les infrastructures technologiques, sociales et politiques sur lesquelles nos styles de vie sont assis, sont elles de plus en plus complexe. De ce fait, il se pourrait que les équipes à la tête de la cybernétique de contrôle de ces infrastructures se montrent incapables de détecter les règles et de distinguer à quel moment les digues de la Nouvelle Orléans cèderont, les réseaux électriques créeront des black-out complets, les centrales nucléaires seront infectées à cause du Stuxnet, ou le système financier global s’effondrera avec fracas.

Continuer la lecture de « Souveraineté technologique, introduction »

Développer des projets alliant outils libres et mobilisations citoyennes

Au hasard des tubes, je suis tombée sur cette conf à laquelle j’ai participé à l’invitation de l’association Ritimo sur le thème « Développer des projets alliant outils libres et mobilisations citoyennes »

La peur au service du viol de la vie privée

Encore nue fois, on se sert de la peur, celles des femmes à qui l’on pose comme paradigme que leur compagnon est possiblement le meurtrier des quartiers sud, pour justifier le fait de violer la vie privée de la moitié de la population.

J’apprends qu’en Grande-Bretagne, les femmes pourront consulter le casier judiciaire de leur compagnon. Une très mauvaise mesure qui devrait rentrer en vigueur d’ici mars prochain.

Vie privée

Pourquoi ce texte est-il très mauvais ? Déjà en ce qui concerne la violation de la vie privée. C’est un fait. On n’a pas à connaître le casier judiciaire d’untel ou d’un autre, même en cas de vie de couple.

Continuer la lecture de « La peur au service du viol de la vie privée »

Précarité, plafond de verre, bienvenu chez les journalistes

Une enquête de la SCAM intitulée De quoi vivent les journalistes vient de sortir. Elle a été lancée auprès de 20000 journalistes, 3400 d’entre eux ont répondu.

Une enquête de la SCAM intitulée De quoi vivent les journalistes vient de sortir. Elle a été lancée auprès de 20000 journalistes, 3400 d’entre eux ont répondu.

Old News

Continuer la lecture de « Précarité, plafond de verre, bienvenu chez les journalistes »

Précarité des pigistes

Deux sorties cette semaine en rapport avec la précarité des pigistes… et pas que :

Deux sorties cette semaine en rapport avec la précarité des pigistes… et pas que :

newsD’abord ce papier qui rappelle que les pigistes au Québec ne touchent plus que 59% de ce qu’ils touchaient en 1981 en termes de revenus. Le papier soulève aussi des questions de différences salariale à niveau égal, travail égal et pour le même média entre hommes et femmes et rappelle que les coupes budgétaires interviennent surtout sur le temps de préparation des reportages, et c’est l’information, bien entendu, qui en pâtit.

Cet article de Slate, au dela de pointer le vieillissement de la profession par la moyenne d’age grandissante des journalistes encartés, permet de rappeler le fait que les jeunes journalistes, souvent pigistes et donc précaires, ont du mal à obtenir leur carte de presse, faute de revenus suffisant. Il est donc avant tut question de précarisation. 61,2% des premières demandes de carte de presse sont adressées par des journalistes en CDD ou à la pige. L’article rappelle aussi l’absence de femmes aux postes de direction. Elles ne représentent que 26,2% des directeurs de publication et 34% des rédac chefs.

  • Les liens qui vont bien

Pigistes, pas pigeons

Qatar, les secrets du coffre-fort

Le Qatar, ce petit pays dont nous ne connaissons rien mis à part le sentiment général de peur quand le pays investit dans les banlieues françaises, nous est raconté par Christian Chesnot et Georges Malbrunot, deux journalistes qui travaillent sur la zone géographique au sens large et ce pays en particulier depuis plusieurs décennies.

Le Qatar, ce petit pays dont nous ne connaissons rien mis à part le sentiment général de peur quand le pays investit dans les banlieues françaises, nous est raconté par Christian Chesnot et Georges Malbrunot, deux journalistes qui travaillent sur la zone géographique au sens large et ce pays en particulier depuis plusieurs décennies.

Ils nous expliquent comment tout le système est (bien) géré parla famille Al-Thani au pouvoir, alliant Industrie, économie, politique, culture, diplomatie, sport, et éducation, chaque membre de la famille est responsable d’un secteur.

Qatar

Au fils qui deviendra un jour émir l’armée et le sport, à la fille qui s’est prise d’une passion pour l’art contemporain, la culture, à la plus intelligente, un poste politique au sein du cabinet de l’émir, à l’oncle une entreprise, etc…

Au sommet de la pyramide, un trio composé de l’émir visionnaire qui a transformé un tas de sable en ce qu’est le Qatar aujourd’hui, sa seconde femme, Cheika Moza, sorte de Lady Di des terres arabes qui finance aujourd’hui une part importante du budget de l’UNESCO et se bat pour accroître la place de la femme dans la société, et HBJ, un indétrônable ministre déjà là du temps de l’ex émir.

L’ensemble du bouquin porte sur les changements au Qatar, les investissements, le soft power, l’argent, bien entendu, mais au delà des informations très détaillées sur le pays, on voit en toile de fond quels rapports le pays entretien avec ses voisins mais aussi avec les personnages politiques français.

On y apprend que Dominique de Villepin est un grand ami de la famille, que Rachida Dati y passait le plus clair de son temps à une époque et a fait placer sa sœur à un poste clé dans le pays, que de nombreux politiques, de droite comme de gauche, s’y sont cassé les dents en tentant d’aller leur vendre des équipements, attirés par les rétro commissions qui en résultaient…

Un bouquin de journalistes à lire si vous ne connaissez rien au Qatar. On y apprend tout de la démesure, des jeux diplomatiques, de l’intelligente stratégie de cet émir qui donne la fausse impression d’être un doux rêveur, des investissements du pays dans les banlieues françaises, non pas pour les « islamiser » comme on a pu le lire ça et là, mais pour former et repérer des talents arabophones puisque le Qatar manque cruellement de compétences.

  • Et pour en savoir plus, une vidéo qui résume très bien le bouquin

[youtube]http://youtu.be/QNHESltX-B8[/youtube]