Le rêve, une espèce en voie de disparition

J’apprends en lisant le Courrier International de cette semaine que l’écriture cursive (à la main en attaché) n’allait plus être obligatoire dans 45 états des USA d’ici à 2015.

J’apprends en lisant le Courrier International de cette semaine que l’écriture cursive (à la main en attaché) n’allait plus être obligatoire dans 45 états des USA d’ici à 2015.

L’info crée un gros débat outre-atlantique et m’a fait réfléchir à mon propre rapport à l’écriture, notamment après toutes ces années passées à l’étranger. L’écriture c’est, pour moi, une part de la culture d’un pays, quelquechose en rapport direct avec la langue et son histoire.

Quand j’apprenais l’arabe, je me souviens des grosses lettres calligraphiées à la main plus ou moins adroitement sur des lignes qui n’en finissaient pas. J’avais une écriture d’enfant, malgré mes presque 30 ans, une écriture d’enfant qui s’appliquait à bien former ses lettres, à placer le point au bon endroit, à refaire trois fois les mêmes lettres parce que suivant leur place dans le mot, elles n’ont pas la même forme, à pester sur les « sôd » et « dôd » et leur forme chelou…

Pour les sonorités aussi, l’écriture à la main aidait. L’apprentissage se faisait avec des accents qui prenaient la place des voyelles et disparaissent au fil de l’apprentissage. Et alors que ces mots ne ressemblaient à rien sur un écran, un journal ou la devanture d’un magasin, ils prenaient du sens, posés sur le papier, avec leurs accents.

poster-l-alphabet-arabe-orientica

Moins exotique, l’écriture cursive, c’est aussi l’écriture en couleur, les cœurs dans la marge à 12 ans, les gros ronds sur les i en guise de point à 14, les dessins sur un coin de page parce qu’on n’a pas envie d’écouter, la grille de morpion entre deux potes qui s’en fichent, une fleur ou un soleil retrouvés au détour d’un cours quand la copine d’à côté avait déjà noirci tous ses coins de page.

Les écrans ne véhiculeront pas ces moments de vie qui participent aussi à la construction sociale du jeune.

Il faudra écrire avec une marge de tant de centimètres, parfois en couleur, avec l’interlignage qu’on nous donnera, et pas question d’avoir le choix entre lignes et petits carreaux, d’écrire en bleu ou en violet, de tracer des flèches ou des cercles pour faciliter la compréhension.

« Notre manière d’écrire a une incidence sur ce que nous écrivons »

C’est une phrase d’un des articles de Courrier International. Nous n’écrivons pas la même chose selon que nous sommes devant un écran ou une feuille de papier. Nous n’organisons pas l’espace de la feuille de la même manière. Nous aimons passer rapidement le texte en « justifié » d’un côté alors qu’on prend un malin plaisir à raturer, recommencer et écrire pas droit, mais pas droit du tout de l’autre côté.

L’inverse est aussi vrai dans mon cas. Ce que j’ai envie d’écrire va m’entraîner soit devant un écran, soit devant une feuille de papier. Et quelle feuille de papier ? Ça dépendra encore une fois de ce que j’écris.

Un bloc tout blanc pour une to do list sans cesse recommencée, un tout petit cahier pour quelques pensées déstressantes ou parfois déverser ma colère, un cahier à spirales pour le boulot, un mini bloc note qui ne quitte jamais mon sac en déplacement… Du blogage, des articles et tout ce qui peut être obligatoirement structuré sur un écran.

Une évolution naturelle ?

Tout cela me fait penser à l’arrivée de la photo numérique. Oui, j’ai bossé en labo, retourné ma cuve de négatifs Ilford HP5+ pour éviter les bulles, vérifié des centaines de fois, si ce n’est plus, le grain avant d’insoler… Oui, je suis vielle.

L’arrivée du numérique a complètement changé aussi le travail sur le terrain. Quand on prenait plusieurs photos avec une ouverture ou un temps de pose différents pour être sûrs de faire un bon cliché, quand on réfléchissait à deux fois avant de prendre une photo parce que bon, j’ai que 12 pose alors… Et puis on recherchait LA photo, alors on tournait de tous les côtés, on multipliait les angles, on créait… Alors qu’en numérique, on shoote, on regarde et si c’est correct, on ne se prend plus la tête.

En fait, l’écriture cursive, c’est comme la photo en argentique, il y a un côté imaginatif, artiste, rêveur qu’on ne trouve pas devant un écran ou dans une carte SD… Et c’est bien dommage de se dire que d’ici quelques années, on ne pourra plus sourire en tombant sur l’écriture d’une ado amoureuse au détour d’une feuille qui traîne ou sur les couleurs criardes de post-it collés ça et là pour ne rien oublier.

Aujourd’hui, nous avons le choix. Le choix entre l’écriture manuelle et l’écriture sur clavier, nous maîtrisons les deux. Supprimer l’écriture cursive reviendrait à priver les nouveaux jeunes du droit fondamental qu’est celui d’avoir le choix, à les obliger à n’utiliser que le clavier.

Nous sommes peut-être vieux, mais quand ils seront formatés, sans rêve ni dessins sur leurs écrans, nous nous souviendrons comment c’était bien, la liberté.

#Raspi Cogitation autour de l’install serveur

J’ai enfin installé nginx. J’étais même toute fière quand, me connectant en local depuis mon navigateur sur mon RasPi, le message d’acueil du serveur web tout bien paramétré me souhaitait la bienvenue.

J’ai enfin installé nginx. J’étais même toute fière quand, me connectant en local depuis mon navigateur sur mon RasPi, le message d’acueil du serveur web tout bien paramétré me souhaitait la bienvenue.

Je regrette quand même que les tutos relatifs à l’installation ne soient pas assez complets, pas assez explicites, on se retrouve parfois à faire du copy-paste de commandes. Et si, on ne prend pas la peine de lire à gauche à droite ou de faire des recherches sur ces commandes avant de les effectuer dans son terminal, comme je l’ai fait, on se retrouve vite à jouer les automates, à faire comme c’est écrit et à copier bêtement.

Je trouve cela assez dommage. Surtout que le but de l’utilisation du RasPi était justement l’apprentissage. Mais si je ne fais pas moi-même la démarche de comprendre, il me semble que plus j’avance, plus je lis de tutos, plus je m’aperçois qu’on peut très bien « faire » et « réussir » une install sans avoir rien compris à la chose.

Je trouve ça un peu dommage… Mais ainsi va la vie.

Et Dieu créa l’INTERNET, Christian Huitema

Christian Huitema est ingénieur. En 1986, il rejoint l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) de Sophia Antipolis et travaille sur ce qui allait devenir Internet.

Christian Huitema est ingénieur. En 1986, il rejoint l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) de Sophia Antipolis et travaille sur ce qui allait devenir Internet.

La plupart des jeunes de 16 ans aujourd’hui, croient que l’Internet a toujours existé. Et bien non !

Alors que nous gambadions de manière pas encore très assurée jusqu’au pot et que faire nos lacets relevait encore du tour de magie, Christian Huitema, lui, participait à la création d’internet (non, pas du Ouiabe!).

Il nous décrit les premières années de la recherche télécoms et réseaux, sur ce projet et surtout les différences énormes entre les projets américains et européens.

Il nous décrit l’Europe comme un capharnaüm administratif où il fallait toujours attendre l’aval du politique ou d’un administration pour pouvoir débuter des recherches, parfois dans un sens que n’approuvaient pas les chercheurs qui auraient, au départ, voulu suivre la même ligne que leurs confrères américains.

En Europe, on préfère mettre les moyens sur un réseau centralisé, donc contrôlable, alors qu’aux USA, on préfère la décentralisation, relier les ordinateurs les uns aux autres… De ces recherches naîtront le Minitel chez nous et Arpanet, qui deviendra Internet chez eux.

« En éliminant tout point central, ils ont créé un réseau très robuste »

Au delà des deux pensées complètement opposées, on voit aussi comment ce qui allait devenir Internet était une vraie révolution à l’époque.

Plus besoin d’attendre à côté du fax pour recevoir un papier personnel, il suffisait d’ouvrir une boite mail. Plus besoin de se creuser la tête des heures, un chercheur, possiblement sur un autre continent avait forcément la réponses, alors on écrivait à un groupe… sauf que la réponse mettait parfois 24 heures à arriver, voire plus si on compte le décalage horaire, car le débit ne ressemblait pas du tout à ce que l’on a aujourd’hui.

Alors ils cherchaient, ils tatonaient.

Ce sont eux qui ont mis en place ces « routes », passant d’un ordinateur à un autre, de sauts de puce(s) en sauts de puce(s) pour atteindre un serveur, et le chemin inverse.

Puis Huitema a eu la chance, et il en parle avec humour, de faire « le français » dans un groupe de chercheurs a l’échelle internationale. Il a donc pu participer directement aux travaux initiés par les Américains mais avec des valeurs qui prennent sens encore aujourd’hui :

« L’intérêt de protéger la vie privée doit l’emporter sur les considérations du maintien de l’ordre et de la défense »

Enfin, il rappelle en conclusion qu’Internet n’est pas un média à sens unique et permet à tout un chacun d’écrire, de commenter :

« la possibilité pour chacun d’être à la fois un consommateur et une source d’info. »

[youtube]http://youtu.be/A5Ix72dJvqo[/youtube]

 

#RasPi Raspi-config vs GParted

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Pour vérifier si c’est votre cas, commencez par vous connecter au RasPi soit en ssh, c’est mon cas, soit face à votre écran) et entrez une simple commande :

df -h

Là, vous verrez la taille de votre partition. Si elle occupe les 8 gigas ou quasi, vous pouvez d’ores et déjà faire joujou avec le serveur miniature, mais dans le cas contraire, il faut se relever les manches. On trouve pas mal de tutos dédiés au fait de faire prendre toute la place à RaspBian sur la carte SD, plus ou moins obscurs.

On trouve par exemple de délicieuses, mais héroïques prises de tête via ligne de commande, des connexion via Putty pour les utilisateurs windows, des conseils des uns et des autres qui ne s’entendent pas. On m’a conseillé d’utiliser GParted, en toute simplicité, comme pour quand je bidouille de la partoche sur clé USB.

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.29.59

Je trouve la partition principale, j’UMOUNT bien entendu et je la redimensionne en sifflotant. C’est simple comme trois clics.

GParted debut

Opération réussie me dit la machine.

GpartedOK

Sauf que… Sauf que ça ne fonctionne pas ! Et j’ai au passage crashé la machine, heureusement que je n’avais pas encore trop installé de trucs dessus. Il me faut donc reprendre l’installation à zéro, on verra plus tard pour le firmware et le password.

La machine 1 – Juju 0

Une fois que c’est fait, rebootons joyeusement. La machine en avait décidé autrement. Pas possible de m’y connecter en SSH. Mon terminal m’envoie tout un tas de sympathique avertissements pour me mettre en garde… et impossible de me connecter à mon RasPi. Impossible aussi de trouver de la doc qui s’y rapporte.

Warning

Respirer, souffler, toussa… J’essaie de passer par radioTwitter, nous verrons bien. Et ça a fonctionné grâce aux bonnes idées de @kalimeroforever et @sniperovitch et sans alcool (!!!!)

ssh -keygen -R ipdelamachine

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.33.57

Et win ! on arrive enfin à se connecter au RasPi avec les identifiants non pas habituels, mais les identifiants par défaut de Raspbian puisque je te rappelle qu’on a refait une install (et qu’il faudra tout se retaper…). Sauf que ça ne nous dit toujours pas si la partoche fait la bonne taille. On refait le « df tout ça » expliqué plus haut. Et non, on est bon pour étaler le Pi.

sudo raspi-config

C’est tout bleu. il suffit de chercher la ligne mentionnant l’espace de ta carte SD (dans mon cas, il s’agissait de la première ligne) et de cliquer sur Entée. Là, un message de confirmation apparaît.

resizeOK

La machine 1 – Juju 1

Il ne reste plus qu’à cliquer sur « finish » en se disant « rhooo mais c’est tout !? » et à rebooter la machine. Là, même commande pour vérifier si le Pi a bien pris toute sa place.

df -h

J’ai gagné ! Il est maintenant temps de passer à l’install Ngnix.

  • Les liens qui vont bien

Introduction à l’auto-hébergement
Mise à jour du firmware du RasPi
C’est quoi donc un RasPi ?

smartphones, attention danger

Attention, le vilain méchant voleur de données va rentrer dans ta maison pour venir tout te prendre ! Mieux, on s’extasie comme si tout ça sortait tout juste d’un chapeau alors que nous avons tous la possibilité d’assister à cette fuite de données au quotidien, le téléphone à la main.

5601654995_a787e9acf5_n

Tout le monde s’alarme de la collecte de données personnelles en lien avec l’usage des smartphones, on en est presque à la mode du moment depuis que la CNIL a sorti un rapport sur le sujet.

Attention, le vilain méchant voleur de données va rentrer dans ta maison pour venir tout te prendre ! Mieux, on s’extasie comme si tout ça sortait tout juste d’un chapeau alors que nous avons tous la possibilité d’assister à cette fuite de données au quotidien, le téléphone à la main.

Oui, nous savions et nous savons. Rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est certains chiffres qu’on a sous les yeux qui peuvent faire frissonner la ménagère. Voilà bien longtemps que ton téléphone n’est plus juste un téléphone, lecteur. Il s’agit d’un vrai petit ordinateur de poche qui te donne l’heure, la météo, les news, te permet de discuter en direct par écrit, de twitter, de consulter tes mails, surfer sur internet et même tout chiffrer si tu veux un peu protéger tes données.

« Aujourd’hui, 24 millions de français possèdent un smartphone, près d’1 million d’applications sont disponibles et font partie de leur quotidien.»

Lorsque tu télécharges une application, lecteur, qu’il s’agisse d’un téléphone sous Androïd ou d’un iPhone (désolée, je n’ai pas testé l’Ubuntuphone), avant de valider ta demande de téléchargement/installation, s’affiche une page avec les fonctionnalités de l’application.

Elle peut, par exemple, se connecter à ta microSD pour stocker de la musique, des images, elle peut aussi se connecter à ton accès 3G ou wifi si elle a un quelconque rapport avec Internet.

Et toi, tu cliques sur valider pour l’installer

Sauf que ton appli, il est parfois possible qu’elle accède à ton répertoire, qu’elle se serve de ta géolocalisation, qu’elle accède à tes SMS, qu’elle en envoie, voire qu’elle balance tes données au créateur de l’appli.

Ce n’est pas nouveau, c’est juste écrit, il suffit de lire pour s’en apercevoir et choisir, ou non, de télécharger une application. Skhaen en parlait d’ailleurs, il y a presque un an, dans sa conférence à PSES.

Le problème c’est que, comme d’hab, nous faisons passer notre petit confort perso, nos envies, avant ces questions de sécurité qui sont primordiales. On baisse les bras, préférant feindre de ne pas voir plutôt que de se priver de la dernière appli à la mode.

J’avais essayé, il y a quelques mois, de signaler ce problème à des collègues journalistes avec qui je bossais alors et qui téléchargeaient une application de dessin sur smartphone. Juste lire les conditions d’utilisation avant de signer. Trop tard : « Rhooo, c’est bon, la geek, arrête… »

On veut dessiner alors… mais à quel prix ?

******************************************************

MAJ du 13/04

Le précédent titre ayant été breveté par une compagnie du spectacle ainsi que par une candidate d’émission de télé réalité, j’ai du supprimer le head de ce papier.

Le 27 avril, c’est cryptoparty

Le loop, hackerspace parisien, organise le 27 avril prochain sa cryptoparty. C’est quoi donc ? Un moment d’échange(s) autour de la sécurité. Echanges de bons conseils, échanges de clés à signer, échanges d’infos…

800px-asymetric_cryptography_-_step_2-svg

Le loop, hackerspace parisien, organise le 27 avril prochain sa cryptoparty. C’est quoi donc ? Un moment d’échange(s) autour de la sécurité. Echanges de bons conseils, échanges de clés à signer, échanges d’infos…

L’événement est accessible à tous. Il suffit d’avoir envie d’apprendre et de progresser et d’adresser la parole aux gens tout autour (non, on ne vous mordra pas…) même si on part de quasi pas grand chose, la porte est grande ouverte.

Ramenez donc PC, miam, glou, bonne humeur et pourquoi pas clé USB pour faire mumuse avec. Un exemple ? La dernière fois, on avait fait des clés tails entre deux signatures de clés GPG à la table où je me trouvais… et ces petites choses sont fort utiles.

Il ne me reste plus qu’à vous préciser que c’est à Paris, à la Gare XP (où se passent tout plein de trucs sympas) à partir de 14h et à vous indiquer la page dédiée sur le wiki du loop pour en savoir plus.

See ya there.

Ton dossier médical sur Internet

Le cas n’est pas isolé puisqu’en février dernier, Actusoins révélait les résultats de son enquête sur l’accessibilité en ligne des données médicales. Il suffisait de taper le nom d’un médecin suivi de la mention « hopital foch » pour accéder au serveur de l’hosto de Suresne et se taper la totalité des dossiers de ses patients.

Voilà quelques mois que l’on parle de ces questions de sécurité de données médicales. Le marché est florissant et visiblement, tous les acteurs ne mettent pas le même entrain à chiffrer, puisque une Marseillaise à découvert, tranquillette en surfant sur la toile, son dossier médical en ligne.

Capture

Le cas n’est pas isolé puisqu’en février dernier, Actusoins révélait les résultats de son enquête sur l’accessibilité en ligne des données médicales. Il suffisait de taper le nom d’un médecin suivi de la mention « hopital foch » pour accéder au serveur de l’hosto de Suresne et se taper la totalité des dossiers de ses patients.

La faille a été réparée depuis mais il a quand même été possible d’accéder en quelques clics aux dossiers médicaux pendant plusieurs mois. C’est la non sécurisation en amont des données et le fait qu’il ait fallu que l’article sorte pour que l’administration hospitalière daigne prendre les choses en main qui est ici problématique.

Business de la protection sociale

Mieux ! le site révélait aussi que les listings étaient accessibles et que l’on pouvait ainsi connaitre jusqu’au numéro de chambre des patients et le service dans lequel ils étaient soignés… De quoi déduire, pour certains d’entre eux, que la personne hospitalisée est atteinte d’une grave maladie.

Les conséquences sont désastreuses puisque si fuite de données médicales il y a, les assurances peuvent s’en servir pour refuser de prendre en charge tel ou tel patient, pour augmenter leurs tarifs suivant les problèmes médicaux des personnes… Le business de la protection sociale que cela pourrait entraîner s’ajouterait donc à la violation de vie privée.

L’enquête pointe aussi du doigt la volonté de certaines administrations hospitalières à refuser de faire appel à des sociétés agréées par l’Etat, qui garantissent la protection de ces données médicales. Elles préfèreraient auto-héberger leurs données dans des conditions de sécurité déplorables plutôt que de dépenser le budget nécessaire.