Jacob Appelbaum explique le système de surveillance au Parlement européen

En ces temps de LPM, il est judicieux de revenir aux fondamentaux. Jacob Apelbaum, un des créateurs de Tor, mais pas que,  expliquait au mois de septembre ce qu’est réellement la surveillance en ligne et comment s’en protéger.


Le hacker Jacob Appelbaum explique le système… par musashizd

  • Les liens qui vont bien

Menaces sur nos libertés, comment Internet nous espionne
Armée française, la 7e compagnie sur Internet

Rien à montrer…

J’aime beaucoup quand les gens me disent qu’ils n’ont rien à cacher : « Alors je peux te filmer sous la douche ? » regard interloqué. « Parce que ce qui peut être sympa, c’est le moment où tu passes tes mains savonneuse sur tes fesses… » Mais non ! « Mais pourquoi ? T’aurais en fait des trucs à cacher ? Et sinon, je peux venir enregistrer des sons quand tu ronfles, la nuit ?… me faudrait juste un bout de canapé… »

J’aime beaucoup quand les gens me disent qu’ils n’ont rien à cacher : « Alors je peux te filmer sous la douche ? » regard interloqué. « Parce que ce qui peut être sympa, c’est le moment où tu passes tes mains savonneuse sur tes fesses… » Mais non ! « Mais pourquoi ? T’aurais en fait des trucs à cacher ? Et sinon, je peux venir enregistrer des sons quand tu ronfles, la nuit ?… me faudrait juste un bout de canapé… »

Je ne sais pas pourquoi, mais en général, ça ne fonctionne pas. Non, je ne m’attarderais pas sur le « en général ».

Continuer la lecture de « Rien à montrer… »

Afp, Morel, Libé, impots, parodie… Les sliens du dimanche #31

Afp, Morel, Libé, impots, parodie… Les sliens du dimanche #31

quelques liens à la volée…

Le photographe amateur d’Haïti dont une photo avait fait le tour du monde lors de la dernière catastrophe parce que revendue par l’AFP qui l’avait récupérée sur twitter et avait gagnée énormément d’argent avec cette image sans rien partager avec son auteur, a enfin gagné son procés contre l’agence

Continuer la lecture de « Afp, Morel, Libé, impots, parodie… Les sliens du dimanche #31 »

Précarité, plafond de verre, bienvenu chez les journalistes

Une enquête de la SCAM intitulée De quoi vivent les journalistes vient de sortir. Elle a été lancée auprès de 20000 journalistes, 3400 d’entre eux ont répondu.

Une enquête de la SCAM intitulée De quoi vivent les journalistes vient de sortir. Elle a été lancée auprès de 20000 journalistes, 3400 d’entre eux ont répondu.

Old News

Continuer la lecture de « Précarité, plafond de verre, bienvenu chez les journalistes »

Soutien aux équipes de @courrierinter

Chaque semaine, j’essaie de finir de lire Courrier International dans les temps pour embrayer sur le nouveau dès son arrivée dans ma boite aux lettres… Ce qui n’est pas chose aisée quand on bouquine en même temps deux livres (un au lit et un dans les transports), qu’on fait mumuse avec un RasPi et qu’on a un travail et une vie sociale bien remplie.

Chaque semaine, c’est comme un petit jeu entre ma factrice, mon journal et moi.

Chaque semaine, j’essaie de finir de lire Courrier International dans les temps pour embrayer sur le nouveau dès son arrivée dans ma boite aux lettres… Ce qui n’est pas chose aisée quand on bouquine en même temps deux livres (un au lit et un dans les transports), qu’on fait mumuse avec un RasPi et qu’on a un travail et une vie sociale bien remplie.

Capture d’écran 2013-10-16 à 12.46.53

J’ai tendance à m’éterniser sur les brèves qui fourmillent d’infos, à les twitter, à passer du temps sur les dossiers, pas question de les lire en morceaux. Et puis chaque semaine, il est là, il m’attend dans la boite et je ne peux que constater qu’il y a trop de lecture pour une seule semaine.

Parfois, il arrive en retard, le samedi. Là, je gagne… Parfois, un papier me sert de point de départ pour un billet.

Cette semaine, je ne recevrai pas Courrier International puisqu’une grève du personnel au moment du bouclage empêche sa sortie. La première fois en 23 ans d’existence. Je n’aurai pas mon petit jeu, mais c’est pour la bonne cause.

Les équipes protestent contre le plan social qui concernerait près d’un tiers des effectifs, un chiffre qui va au-delà du personnel mobilisé pour le site « presseurop » en plusieurs langues qui s’est arrêté.

Je n’ai que trop parlé ici de la précarité des pigistes, de celle des journalistes et si, en bonne râleuse (oui, oui, je suis française) je me suis abonnée à Courrier International, c’est parce que je considère ce canard comme un des rares à traiter l’actu Internationale et la géopolitique très sérieusement et avec parfois un oeil décalé qui vient enrichir l’information. C’est grâce à ce qu’apporte l’équipe de ce journal.

Donc c’est en tant que journaliste, mais aussi en tant que lectrice que je soutiens les équipes en grève, en les remerciant pour leur boulot, même si mon journal me manque déjà, il a des privations qui ont un goût de justice.

Précarité des pigistes

Deux sorties cette semaine en rapport avec la précarité des pigistes… et pas que :

Deux sorties cette semaine en rapport avec la précarité des pigistes… et pas que :

newsD’abord ce papier qui rappelle que les pigistes au Québec ne touchent plus que 59% de ce qu’ils touchaient en 1981 en termes de revenus. Le papier soulève aussi des questions de différences salariale à niveau égal, travail égal et pour le même média entre hommes et femmes et rappelle que les coupes budgétaires interviennent surtout sur le temps de préparation des reportages, et c’est l’information, bien entendu, qui en pâtit.

Cet article de Slate, au dela de pointer le vieillissement de la profession par la moyenne d’age grandissante des journalistes encartés, permet de rappeler le fait que les jeunes journalistes, souvent pigistes et donc précaires, ont du mal à obtenir leur carte de presse, faute de revenus suffisant. Il est donc avant tut question de précarisation. 61,2% des premières demandes de carte de presse sont adressées par des journalistes en CDD ou à la pige. L’article rappelle aussi l’absence de femmes aux postes de direction. Elles ne représentent que 26,2% des directeurs de publication et 34% des rédac chefs.

  • Les liens qui vont bien

Pigistes, pas pigeons

Aides à la presse, le raport de la cour des comptes

La cour des comptes, dans son dernier rapport ne s’intéresse pas qu’à nos paires de lunettes. L’abattement fiscal des journalistes est aussi porté au débat.

La cour des comptes, dans son dernier rapport ne s’intéresse pas qu’à nos paires de lunettes. L’abattement fiscal des journalistes est aussi porté au débat.

7650 euros sont à déduire des impôts pour une personne ayant travaillé à plein temps tout au long de l’année.

A cela, il faut ajouter qu’avec cet abattement, les journalistes ne déduisent aucun frais réels qu’ils s’agisse de déplacements, abonnements de train, par exemple, pour ceux qui se rendent au travail en TER, frais d’essence, contrairement à la majorité des français qui peuvent déduire tout ou partie de ces frais de leur déclaration. Le journaliste pigiste doit aussi investir pour pouvoir travailler : ordinateur personnel parfois haut de gamme pour faire du montage vidéo ou du traitement photo, le matériel de captation son/photo/vidéo (plus « et » que « ou » le pigiste devant pour s’en sortir être multimédia).

Les pigistes, par exemple, qui partent faire de sujets à l’étranger, paient tous leurs déplacements, logements sur place, etc. et toucheront finalement beaucoup moins que ce qui est écrit sur sur leurs fiches de paie, puisqu’il faudra déduire les frais de visa, transports, etc… de la somme gagnée… Ce qui dans certains cas peut se révéler ardu.

J’ai quasi toujours dépassé, parfois même de beaucoup, les frais avancés, mais il m’est aussi arrivé d’en sortir plus que je n’en n’ai eu à l’arrivée. C’est le cas de mon déplacement au Soudan, par exemple, où tout était très cher et malgré l’hébergement en couchsurfing une partie du voyage, le fait d’utiliser des touk touks et petits bus locaux, j’ai voyagé à pertes. En gros, j’ai payé pour travailler.

Mais pas la peine d’aller si loin, il suffit de se rendre dans la plupart des capitales européennes pour voir les factures s’empiler très vite.

Alors on jongle.

Le rapport fait d’ailleurs état de la condition précaire des pigistes :

Si la profession de journaliste ne semble donc pas, en moyenne, défavorisée d’un point de vue salarial, la situation des journalistes pigistes ou en contrat à durée déterminée, en particulier des jeunes journalistes, pourrait conduire à nuancer sensiblement ce constat.

 Les fois où on gagne bien sa vie, on met de côté pour celles où on aura beaucoup de frais… Je parlais déjà de la situation des pigistes ici ou encore là.

Je doute d’ailleurs, en cas de suppression de cet abattement, que l’Etat y soit gagnant puisque les déclarations de frais réels pourraient être assez importantes, plus que cette allocation.

L’abattement, c’est quoi ?

Pour un journaliste ayant travaillé à temps partiel, à mi-temps ou ayant connu des périodes de chômage, la déduction est à calculer au prorata. Pour quelqu’un qui aurait travaillé 10 mois à temps plein, par exemple, il faut calculer 7650/12 = 637,5 (pour un mois) x 10 = 6375 euros à déduire.

Avant 1998, cet abattement concernait 30 % des revenus des journalistes. Finalement, ceux qui avaient de gros salaires, bossaient à plein temps, déduisaient beaucoup plus que les pigistes ou les personnes ayant enchaîné quelques CDD tout au long de l’année qui, avec leur rémunération rikiki, avaient droit à un abattement tout aussi rikiki.

C’est en 1998 que les choses ont changé de manière plus équitable. Tout le monde dit déduire la même somme, une énorme bouée d’oxygène pour les plus précaires d’entre nous, une broutille pour les plus hauts revenus.

Ce que dit la cour des comptes

Mis à part le statut des pigistes, la grande disparité des revenus, tant pour les CDI que pour les pigistes, il est question de penser à aider les journalistes et non plus (ou moins) les organes de presse :

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances initiale pour 2013 au Sénat, le ministre délégué au budget confirmait cette analyse à l’occasion de l’examen d’amendements tendant à réduire cet avantage fiscal : « En apparence, [cette mesure] vise à avantager une profession. En réalité, son objectif est d’aider les entreprises de presse, entreprises industrielles qui rencontrent, on le sait, d’extraordinaires difficultés […]

 Ce qu’il ressort de la lecture de l’ensemble du document c’est qu’il y a vraiment (beaucoup) trop d’aides à la presse, reste à savoir si la grande précarité dans laquelle se trouvent les pigistes sera prise en compte en cas de réforme.

  • Les liens qui vont bien

Le rapport spécifique à la presse
Le papier clairvoyant de Jacques Rosselin

Merci à Bruno pour les idées de dépenses des journalistes pigistes auxquelles je n’avais pas pensé.

Repenser la rédac web

On a appris ces derniers jours que plusieurs sites de médias se sont fait berner par de faux experts, de faux spécialistes, qui n’étaient rien d’autre des boites de comm faisant de la publicité de manière déguisée. Le procédé est habile. Il est issu de l’engouement qui entoure la course aux clics, aux dépends du fond.

On a appris ces derniers jours que plusieurs sites de médias se sont fait berner par de faux experts, de faux spécialistes, qui n’étaient rien d’autre des boites de comm faisant de la publicité de manière déguisée. Le procédé est habile. Il est issu de l’engouement qui entoure la course aux clics, aux dépends du fond.

La course aux clics, on en parlait ici au mois de mars, en marge d’un papier de Ragemag qui décrivait très bien comment nous sommes devenus des putes à clics.

Plus il y a de publications, plus il y a potentiel à clics, plus le media et ses ressources seront hauts dans les page ranks de google. Pendant quelques temps, les « journalistes » qui faisaient du copy/paste de dépêches étaient plutot tranquilles, payés pour du secrétariat. Puis il a fallu se mettre un peu à travailler et modifier quelque peu les papiers puisque les doublons sont remarqués et désindexés. La mention « La redac avec (ajoute ici le nom de l’agence) » a remplacé le simple nom de l’agence en signature.

L’autre conséquence, on nous l’apprend aujourd’hui, c’est la floraison de ces pseudo experts. Ces experts, sont souvent là à titre gracieux, de sympathiques contributeurs qui font du remplissage, et donc du clic, sans rien demander en retour.

Les textes sont commentés, ça buzz plus ou moins… Ils sont blogueurs, chercheurs, parfois en mal de reconnaissance, parfois hyper compétents dans un domaine qui a fait qu’ils n’ont pas choisi l’écriture et se font aussi plaisir en grattant en ligne…  Peu importe, pour le patron, entendez celui qui paie les pigistes au lance pierre, celui qui promet des abonnements gratuits aux blogueurs qui n’en voient jamais la couleur, c’est toujours du gratuit, et c’est toujours du clic, donc c’est bon.

Quitte à s’en ficher un peu de qui écrit quoi.

Je me souviens des critiques faites à l’encontre de Wikipedia, au tout début, alors qu’ils y avait encore peu de relecteurs et qu’on pouvait écrire des conneries sur Nana Mouskouri ou la physique nucléaire sans se faire toper pendant une semaine et parfois plus, alors qu’aujourd’hui, on y trouve de bonnes équipes, dans beaucoup de langues, et que les contributeurs font un gros travail de relecture, correction, amélioration et vérification.

Là, on est à l’an 1 de la contribution sur les sites de médias. C’est un peu du open bar, suffit de bien écrire, de faire plus ou moins de bruit ou de clics, et le tour est joué… Et les boites de comm auraient eu bien tort de se priver de ce vide  en termes de gestion des contenus. Après tout, c’est leur job.

Il faut maintenant passer à l’an 2, celui des vérifs, avant d’accepter n’importe qui. Non, les baquets, c’est fini. Ce qui demande du travail et de l’investissement de la part des médias. Ou alors, un réinvestissement en rédaction, faire de nouveau appel aux journalistes présents sur leur secteur depuis des années et qui maitrisent leur sujet… Mais il faut pour cela repenser les médias en ligne en termes d’information et de fond, avec le lecteur, et non plus de course aux clics.

Qatar, les secrets du coffre-fort

Le Qatar, ce petit pays dont nous ne connaissons rien mis à part le sentiment général de peur quand le pays investit dans les banlieues françaises, nous est raconté par Christian Chesnot et Georges Malbrunot, deux journalistes qui travaillent sur la zone géographique au sens large et ce pays en particulier depuis plusieurs décennies.

Le Qatar, ce petit pays dont nous ne connaissons rien mis à part le sentiment général de peur quand le pays investit dans les banlieues françaises, nous est raconté par Christian Chesnot et Georges Malbrunot, deux journalistes qui travaillent sur la zone géographique au sens large et ce pays en particulier depuis plusieurs décennies.

Ils nous expliquent comment tout le système est (bien) géré parla famille Al-Thani au pouvoir, alliant Industrie, économie, politique, culture, diplomatie, sport, et éducation, chaque membre de la famille est responsable d’un secteur.

Qatar

Au fils qui deviendra un jour émir l’armée et le sport, à la fille qui s’est prise d’une passion pour l’art contemporain, la culture, à la plus intelligente, un poste politique au sein du cabinet de l’émir, à l’oncle une entreprise, etc…

Au sommet de la pyramide, un trio composé de l’émir visionnaire qui a transformé un tas de sable en ce qu’est le Qatar aujourd’hui, sa seconde femme, Cheika Moza, sorte de Lady Di des terres arabes qui finance aujourd’hui une part importante du budget de l’UNESCO et se bat pour accroître la place de la femme dans la société, et HBJ, un indétrônable ministre déjà là du temps de l’ex émir.

L’ensemble du bouquin porte sur les changements au Qatar, les investissements, le soft power, l’argent, bien entendu, mais au delà des informations très détaillées sur le pays, on voit en toile de fond quels rapports le pays entretien avec ses voisins mais aussi avec les personnages politiques français.

On y apprend que Dominique de Villepin est un grand ami de la famille, que Rachida Dati y passait le plus clair de son temps à une époque et a fait placer sa sœur à un poste clé dans le pays, que de nombreux politiques, de droite comme de gauche, s’y sont cassé les dents en tentant d’aller leur vendre des équipements, attirés par les rétro commissions qui en résultaient…

Un bouquin de journalistes à lire si vous ne connaissez rien au Qatar. On y apprend tout de la démesure, des jeux diplomatiques, de l’intelligente stratégie de cet émir qui donne la fausse impression d’être un doux rêveur, des investissements du pays dans les banlieues françaises, non pas pour les « islamiser » comme on a pu le lire ça et là, mais pour former et repérer des talents arabophones puisque le Qatar manque cruellement de compétences.

  • Et pour en savoir plus, une vidéo qui résume très bien le bouquin

[youtube]http://youtu.be/QNHESltX-B8[/youtube]

Tails, ou la sécurité dans une clé USB

Ca fait un petit bout de temps que je n’avais pas créé de clé Tails. A vrai dire, je n’en n’avait pas eu l’utilité pendant la transition Windows-Ubuntu il y a un peu plus d’un an, et pas non plus l’occasion depuis que je fonctionne sur du libre.

Ca fait un petit bout de temps que je n’avais pas créé de clé Tails. A vrai dire, je n’en n’avait pas eu l’utilité pendant la transition Windows-Ubuntu il y a un peu plus d’un an, et pas non plus l’occasion depuis que je fonctionne sur du libre.

J’ai donc relevé mes manches mercredi matin et décidé de créer une clé Tails via mon terminal préféré.

Tails, c’est quoi ?

Il s’agit d’un système d’exploitation qui s’installe sur CD ou clé USB. C’est un outil donc très utiles pour les journalistes en zone « chelou » puisque, une fois le papier/son rédigé/monté et envoyé, il n’y a plus qu’à éteindre l’ordinateur, retirer la clé (ou le CD) et il ne restera plus aucune trace de la production sur l’ordinateur.

Vous pouvez donc aussi la perdre, la donner, la jeter à la poubelle en cas de problème, on ne pourra pas accéder à votre travail par ce biais puique, à la première utilisation, vous lui attribuez une phrase de passe.

Une clé bootable

Branchez votre clé USB, et démarrez votre ordinateur. Oui, dans cet ordre… L’ordinateur démarrera sur l’OS présent sur votre clé, Tails. Vous y êtes, avec un bureau Debian, du libre, donc. Et non, cela n’altère en rien votre ordinateur ou le/les OS qui tourne(nt) dessus, vous le(s) retrouverez une fois votre ordinateur éteint et redémarré sans la clé.

Comme à la maison

Tails est équipé d’audacity, pour ceux qui voudraient monter du son, de logiciels de bureautique (rédaction, tableur, etc.) et permet donc d’effectuer toutes les taches habituelles, un message s’affichant parfois pour vous dire que tel ou tel processus est en cours. La seule différence réside donc dans le fait que ce système est un poil moins rapide mais il faut se rappeler qu’il est utilisé depuis un périphérique extérieur. CQFD.

Capture du 2013-08-21 17:48:37

Anonymat et sécurité

La clé est équipée du pack vous permettant de surfer anonymement, via Tor, déjà installé et en cours de fonctionnement dès que vous bootez sur la clé. Votre trafic passe par ce réseau… sauf si vous choisissez d’utiliser un autre navigateur fourni où il est précisé, au démarrage, que votre trafic ne passera pas par le réseau Tor.

Vous trouvez aussi de quoi chiffrer vos documents et même, une couverture rigolote qui, en option, peut donner des allures de Windows à votre bureau.

La seul limite reste le fait que cette clé bootable n’est pas utilisable dans un cybercafé puisqu’elle nécessite le redémarrage de la machine, impossible de passer inaperçu avec les compteurs de temps des cybers.

L’installation

Nous y voilà. Chez Windows, de l’userfriendly comme d’habitude, mais surtout une démarche que l’on exécute sans trop la comprendre : on sélectionne l’iso, on sélectionne le périphérique de destination pour l’installation et on laisse la machine mouliner en vaquant à d’autres joyeusetés.

Chez Ubuntu, c’était donc ma première création de clé Tails via cet OS, on se remonte les manches et on dégaine la ligne de commande. Il faut d’abord installer Syslinux dans lequel se trouve l’outil isohybrid qui nous intéresse

sudo apt-get install syslinux

Premier probleme, souvent le même sur les tutos, c’est que le « sudo » pour les utilisateur Ubuntu, n’est pas précisé. Le novice qui a décidé d’utiliser Ubuntu, se trouve donc face à un mur dès le début avec une commande « apt-get… » sans savoir faire un « su » pour passer en mode root ou tout simplement un « sudo » avant la commande.

Il fut ensuite brancher votre clé USB, vierge cela va sans dire, et la retrouver parmi vos fichiers sur terminal. En général /dev/sdquelquechose

Et c’est parti pour l’install !

isohybrid [tails.iso] –entry 4 –type 0x1c

dd if=[tails.iso] of=[device] bs=16M

sauf que…

sauf que [tails.iso] est à remplacer par le chemin jusqu’à l’iso parmi vos fichiers et que [device] est à remplacer par votre clé « dev/truc »

Autrement dit, si vous ne maîtrisez pas la ligne de commande, c’est coton.

Cette commande qui me nous paraît simple, et vite réglée si l’on triche à coup d’autocomplétion, est tout bonnement irréalisable par un novice.

On se heurte donc au problème habituel du libre, pas encore assez user friendly et accessible, même si, contrairement à Windows, on contrôle (et on comprend) exactement toute les actions de A à Z et ça, c’est pour moi la base… même si le novice aura d’autres attentes et se retrouvera bloqué.

Conclusion

Je continuerai donc à prêcher pour le libre, même si, je conseillerai à certaines personnes, de faire leur clé Tails via Windows, sous peine de les voir abandonner.

  • Les liens qui vont bien

A toi de jouer
Protéger ses sources
Il était une fois un clicodrome