De la lecture !

« Si la neutralité du net est un sujet qui préoccupe tous les acteurs du Web depuis de nombreuses années, les choses semblent s’accélérer ces derniers mois. Entre le jugement de la Cour d’appel aux USA favorable à Verizon, les pratiques des opérateurs et plus spécialement d’Orange en France, l’offre de RED de SFR qui propose YouTube en illimité et la réglementation qui avance lentement… tout semble nous diriger vers la fin d’un concept qui fait pourtant d’Internet ce qu’il est aujourd’hui. »

Un très bon boulot bien pédago de PC Impact qui imagine 2017 si on s’en prend à la Neutralité du Net. A lire très très vite !

Capture du 2014-02-06 11:51:53

« Si la neutralité du net est un sujet qui préoccupe tous les acteurs du Web depuis de nombreuses années, les choses semblent s’accélérer ces derniers mois. Entre le jugement de la Cour d’appel aux USA favorable à Verizon, les pratiques des opérateurs et plus spécialement d’Orange en France, l’offre de RED de SFR qui propose YouTube en illimité et la réglementation qui avance lentement… tout semble nous diriger vers la fin d’un concept qui fait pourtant d’Internet ce qu’il est aujourd’hui. »

 Lire la suite

Géolocalisation, l’art de la servitude volontaire

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Une info qui fait un eu froid dans le dos, dans une société toujours plus basée sur la surveillance. En terme de servitude volontaire, il y a ce petit outil sur votre téléphone qui vous permet de vous géolocaliser à tout moment.

Vous trouvez ça fun ?

Si vous possédez une téléphone Androïd et que la fonction « géolocalisation » est activée, Google peut savoir exactement en temps réel où tu te trouves, mieux, tes anciens déplacements, y compris huit ou dix mois en arrière, sont aussi stockés.

Source image : techcrunch

tu peux toi aussi « t’amuser » à voir où tu étais il y a 8 mois à 14h42 en cliquant sur ce lien.

Heureusement, si la fonction géolocalisation de ton téléphone n’est pas activée, si elle ne l’est jamais, ils n’ont rien. J’ai fait le test, impossible pour les serveurs de me renvoyer quoi que ce soit :

Capture du 2013-12-24 13:41:15

C’est quand même assez hallucinant, pas surprenant, mais hallucinant tout de même, qu’ils aient mis en place ce système.

Moralité, tu ne pourras pas dire que tu n’étais pas au courant, si tu veux que tes faits et gestes (ne) soient (pas) enregistrés, tu sais ce qu’il te reste à faire.

  • Les liens qui vont bien

Google est ton ami (ou pas)
L’article original de Techcrunch

Théorie du drone, Grégoire Chamayou

Avis mitigé sur le bouquin de Chamayou qui pointe pas mal de problèmes, notamment sociétaux autour de l’emploi des drones en zones de guerre (ou pas) mais tombe parfois dans la facilité.

Avis mitigé sur le bouquin de Chamayou qui pointe pas mal de problèmes, notamment sociétaux autour de l’emploi des drones en zones de guerre (ou pas) mais tombe parfois dans la facilité.

Le drone transforme la guerre, que l’on pourrait qualifier d’opposition sur un terrain donné, en chasse : un tueur poursuivant un fuyard. Le livre dresse une bonne analyse du glissement de l’anti-insurrectionnel, cantonné au champ politique et militaire vers l’anti-terrorisme basé sur le sécuritaire, avant tout. C’est donc vers un changement totalement de paradigme que la société est en train de glisser.

Capture du 2013-12-23 14:56:26

La non présence de forces militaires sur le terrain peut aussi, selon Chamayou, faire glisser l’opposition sur le terrain civil. Il présente le cas du Pakistan : si les insurgés ne voient plus les militaires, ils se retourneront contre des civils. pas faux, mais sans précédent, l’auteur ne peut que se baser sur une stratégie de la peur.

Nouvelle utilisation de cette stratégie de la peur lorsqu’il évoque les drones amateurs. L’argument sécuritaire passe en premier alors qu’il le combat tout au long du livre pour nous vendre les drones amateurs comme des appareils explosifs en puissance.

Par ailleurs, il n’évoque jamais, en vis à vis du terroriste qui se servirait de drones comme une bombe, du journaliste qui pourrait filmer des violences policières en zone de conflit ou sur des manifestations, sans risquer de se faire blesser ou tuer par un sniper.

De l’éthique

La comparaison avec le poison n’est pas anodine et elle n’est franchement pas bête. Comme le poison, le drone a une fonction d’assassinat. Peut-on s’en servir comme d’une arme de guerre ?

On sort, dans ce cas, du cadre normatif du conflit armé. On passe de l’éthique du combat à l’éthique de la mise à mort. On sort d’une relation de risques mutuels, la guerre n’est plus la guerre, elle devient une operation de police a grande échelle, selon Chamayou qui cite Walzer « Sans l’égalité du droit de tuer, la guerre disparaîtra », au profit de crimes et machinations, exécutés par les militaires.

Penser collectif

Citant l’exemple du militaire refusant de tirer sur un soldat adverse qui n’est pas en tenue de combat et non armé, Chamayou évoque l’idée de passer d’un refus pour soi à un refus collectif, au delà du corps militaire. Ce n’est pas seulement le collègue qui est invité à appuyer sur la gâchette à son tour qu’il faut toucher, mais la société.

La prise de conscience entraînant l’opposition politique, comme contre la videosurveillance, en impliquant au delà du corps d’armée.

Sur les mouvements sociaux, toutefois, il les met un peu tous dans le même sac. Lorsque le pouvoir, drone à la main, réprime des manifestations, il n’y a pas de différence entre un mouvement revendicatif sur les droits dans un pays occidental et des insurgés pakistanais qui luttent, entre autres, pour la suppression du peu de droits que peuvent avoir les femmes sur leur territoire.

Non monsieur Chamayou, tous les mouvements ne se valent pas et certains doivent être combattus.

Même erreur pour illuster la diminution de la dépendance matérielle de l’état au travail militaire et donc se dépendance sociale aux corps qui constituent cette force de travail. Il ajoute cet argument à la précarisation accrue de la société USA sans aucune mise en perspective avec la crise ou la précarisation de la vie des gens dans le reste du monde. Le problème n’étant pas seulement américain et donc pas lié seulement à l’arrivée de ces technologies dans l’armée.

Avis mitigé, donc, si Chamayou ne tombait pas de temps à autre dans la facilité, en mode « les drones c’est mal », ou les élans sécuritaires, je serais assez convaincue. Enfin, il permet de rappeler que la technologie n’est pas invincible. La décrire en mythe c’est poser les premières pierres d’un comportement passif face à sa mise en place.

  • Les liens qui vont bien

Sur le même sujet, qui a peur du grand méchant drone

 

L’Europe repart à la conquête du droit d’auteur

Voilà maintenant trois fois en trois ans que nos édiles statuent sur le sujet. A croire que le rejet d’ACTA qui aurait, entre autres, empêché les ONG de soigner des gens en grande détresse avec des médicaments génériques puisque contrefaits, ne leur a pas suffit.

Et hop, c’est reparti ! La Commission Européenne lance une nouvelle consultation sur le droit d’auteur, cette fois-ci dans le marché intérieur.

Voilà maintenant trois fois en trois ans que nos édiles statuent sur le sujet. A croire que le rejet d’ACTA qui aurait, entre autres, empêché les ONG de soigner des gens en grande détresse avec des médicaments génériques puisque contrefaits, ne leur a pas suffit.

Quid du partage de la culture ?

A lire sur le site de La Quadrature du Net.

TrueCrypt : A vos marques, prêts, chiffrez !

Je m’amuse depuis peu avec LUKS/Cryptsetup pour chiffrer des dossiers et des partitions mais comme tout se passe en ligne de commande, c’est difficile de le rendre accessible à tous. Toutefois, de la documentation existe déjà sur le sujet, libre à toi, lecteur de t’y plonger.

Je m’amuse depuis peu avec LUKS/Cryptsetup pour chiffrer des dossiers et des partitions mais comme tout se passe en ligne de commande, c’est difficile de le rendre accessible à tous. Toutefois, de la documentation existe sur le sujet, libre à toi, lecteur de t’y plonger.

Pour ce qui est du grand public, je conseille d’avantage TrueCrypt, disponible sur tous les OS et très user friendly.

truecrypt1

Pour créer un container chiffré, rien de plus simple que de cliquer sur « create a volume » et de choisir de créer un volume chiffré sur la page qui apparaît.

truecrypt2

Ensuite, on choisit la localisation et le nom de son container. dans ce as précis, j’ai choisi de l’appeler « plop » et de la place sur mon bureau. On peut aussi en crée sur des clés USB, des cartes SD…, par exemple, pas obligé qu’il se trouve sur votre machine.

truecrypt3

Puis on choisit la taille que l’on souhaite lui allouer, cela dépend de ce que vous souhaitez placer à l’intérieur.

truecrypt4

Vous serez ensuite invité à choisir la phrase de passe avec laquelle vous souhaitez protéger votre dossier. On va vous demander un peu d’entropie, de secouer votre souris et taper sur votre clavier comme d’autres le font sur des bambous et votre volume sera créé en quelques secondes.

truecrypt5

Maintenant qu’il est créé, votre container ressemble à un petit fichier, perdu au milieu de vos dossiers.

trucrypt fichier

Reste à savoir comment l’ouvrir. Non, pas seulement en cliquant dessus, tentez l’expérience, cela ne donnera rien. Pour cela, il faut de nouveau passer par votre programme trueCrypt. Première étape, sélectionner le container en cliquant sur « select file » et presser ensuite sur « Mount » pour « monter » cette partition.

truecrypt6truecrypt7

Là, on va vous demander la phrase de passe qui correspond à votre ccontainer, et dans le cas d’Ubuntu, votre mot de passe administrateur. Validez, le dossier apparaîtra dans la partie haute de votre client TrueCrypt.

truecrypt8

Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur cette partition dans la partie haute pour qu’elle s’ouvre et que vous puissiez vous en servir comme d’un dossier via interface graphique. Il est aussi possible d’y copier des documents via ligne de commande.

N’oubliez pas, enfin, que fermer le container ne suffit pas, il faut aussi le désinstaller en cliquant sur « Dismount » ou « Dismount all » si vous souhaitez en démonter plusieurs au même moment.

Et pour pousser le jeu encore plus loin, vous pouvez aussi monter un container chiffré dans un container chiffré, lui-même situé dans un container chiffré…

  • Les liens qui vont bien

Chiffrer tes mails, aussi, ça pourrait être pas mal
La surveillance expliquée par J. Appelbaum

Jacob Appelbaum explique le système de surveillance au Parlement européen

En ces temps de LPM, il est judicieux de revenir aux fondamentaux. Jacob Apelbaum, un des créateurs de Tor, mais pas que,  expliquait au mois de septembre ce qu’est réellement la surveillance en ligne et comment s’en protéger.


Le hacker Jacob Appelbaum explique le système… par musashizd

  • Les liens qui vont bien

Menaces sur nos libertés, comment Internet nous espionne
Armée française, la 7e compagnie sur Internet

Rien à montrer…

J’aime beaucoup quand les gens me disent qu’ils n’ont rien à cacher : « Alors je peux te filmer sous la douche ? » regard interloqué. « Parce que ce qui peut être sympa, c’est le moment où tu passes tes mains savonneuse sur tes fesses… » Mais non ! « Mais pourquoi ? T’aurais en fait des trucs à cacher ? Et sinon, je peux venir enregistrer des sons quand tu ronfles, la nuit ?… me faudrait juste un bout de canapé… »

J’aime beaucoup quand les gens me disent qu’ils n’ont rien à cacher : « Alors je peux te filmer sous la douche ? » regard interloqué. « Parce que ce qui peut être sympa, c’est le moment où tu passes tes mains savonneuse sur tes fesses… » Mais non ! « Mais pourquoi ? T’aurais en fait des trucs à cacher ? Et sinon, je peux venir enregistrer des sons quand tu ronfles, la nuit ?… me faudrait juste un bout de canapé… »

Je ne sais pas pourquoi, mais en général, ça ne fonctionne pas. Non, je ne m’attarderais pas sur le « en général ».

Continuer la lecture de « Rien à montrer… »

La peur au service du viol de la vie privée

Encore nue fois, on se sert de la peur, celles des femmes à qui l’on pose comme paradigme que leur compagnon est possiblement le meurtrier des quartiers sud, pour justifier le fait de violer la vie privée de la moitié de la population.

J’apprends qu’en Grande-Bretagne, les femmes pourront consulter le casier judiciaire de leur compagnon. Une très mauvaise mesure qui devrait rentrer en vigueur d’ici mars prochain.

Vie privée

Pourquoi ce texte est-il très mauvais ? Déjà en ce qui concerne la violation de la vie privée. C’est un fait. On n’a pas à connaître le casier judiciaire d’untel ou d’un autre, même en cas de vie de couple.

Continuer la lecture de « La peur au service du viol de la vie privée »

Orbot, retour d’utilisation

De passage en Jordanie (oui, j’ai mis du temps à écrire ce billet) j’ai testé Orbot. Orbot c’est quoi donc ? C’est l’équivalent de Tor, dont on a déjà parlé ici, mais sur smartphone.

Orbot sert à préserver votre anonymat en ligne qu’il s’agisse de surfer sur le Ouaibe ou d’autres utilisations d’Internet. Il fournit l’accès au réseau Tor aux utilisateurs de smartphones Androïd.

Autre avantage pour une utilisation grand public, il permet de choisir de manière assez user friendly, en quelques clics, les applications dont le trafic passera par le réseau Tor : mails, navigation, tchat… ou alors de choisir de faire transiter les flux de la totalité de vos applications.

Capture du 2013-10-24 11:00:38

Un test bien basique pour savoir si votre connexion transite bien par le réseau Tor, celui de d’aller consulter les sites qui vous indiquent quelle est votre IP, du genre mon-ip.com, qui vous localisera quelquepart dans le monde mais sans doute pas là où vous vous trouvez.

Pour l’anonymat et vous permettre de vous connecter sans avoir à subir les restrictions du pays dans lequel vous vous trouvez physiquement, c’est une bonne chose, donc.

Cet outil a tout de même un problème, celui de tirer pas mal sur la batterie, donc plutôt limité en termes de mobilité. Impossible, par exemple, de le laisser tourner plusieurs heures d’affilée, sur une connexion « grand public » par exemple, via wifi dans le salon d’un hôtel, à moins d’avoir son chargeur et une prise à portée de main.

Moins grand public, en connexion 3G, ne surtout pas laisser tourner Orbot plusieurs heures sur votre machine ou au moment où vous aurez vraiment besoin de téléphoner, il ne vous restera plus de jus.

Eteindre Orbot ?

Oui mais…

Oui mais si vous rechargez vos mails coûte que coûte, en continu, votre application s’y connectera sans ce programme, et donc à quoi cela peut-il servir de le faire tourner épisodiquement ? Dans ce cas précis, il faut abandonner l’idée du chargement des mails en continu et s’astreindre, à chaque fois qu’on en a envie, à retaper son mot de passe.

A titre personnel, je suis plutôt opposée au chargement des emails sur mobile, et je m’en passe, mais dans certains pays, le smartphone est parfois le seul ordinateur qu’une personne possède, elle ne peut donc pas faire autrement.

Très bon retour, donc, sur Orbot, même si son utilisation doit s’accompagner d’autres mesures de sécurité dans le cadre d’un reportage, qu’il s’agisse de sécurité informatique ou de comportements personnels. Le seul souci majeur noté étant celui de la consommation d’énergie.

  • Les liens qui vont bien

télécharger Orbot sur tes dépots préférés
Les téléphones mobiles et la sécurité
Utilisez votre smartphone en sécurité

Latitude zéro, Mike Horn

En gros, Mike Horn se présente malheureusement toujours comme un héros. Il a un côté Chuck Norris avant Chuck Norris.

Ce mec est un malade. Sud-Africain bien né, il est devenu « aventurier explorateur » et ne cache pas ses amitiés très haut placées l’aidant à mener au mieux ses missions.

Celle qu’il raconte dans latitude zéro, est tout simplement le tour du monde en suivant l’équateur, directement, tout droit… en s’accordant tout de même une petite bande de large de chaque côté.

L’exploit est assez énorme, il brave plusieurs océans sur un petit voilier, traverse des jungles, longe des rivières en pirogue, copine avec des guérilleros colombiens et des chefs de guerre africains, le tout en un an et demi.

On reste un peu sceptique sur le fait qu’il ne lui arrive rien, qu’il rencontre toujours les bonnes personnes au bon moment et que, c’est finalement toujours grâce à sa détermination, comme le moment où il est mordu par un serpent et se soigne en buvant de l’eau et passant deux ou trois jours allongé dans son hamac…

Idem pour la sortie de test de son voilier, prévu à l’origine pour 4 personnes grand maximum, il tombe sur un bateau de clandestins mexicains en train de couler, il remplit son bateau d’un dizaine de ses personnes et attend au large que la police ne parte pour les faire débarquer libres aux USA.

mike_horn

Et finalement, on ne s’interroge pas plus que ça. Il a déjà parachevé de nombreux exploits sportifs, fait partie de commandos, a écrit sur ses stages de survie dans la jungle…

En gros, Mike Horn se présente malheureusement toujours comme un héros. Il a un côté Chuck Norris avant Chuck Norris.

Pas un mot sur les périodes de doute, sur le manque de sa famille, ses enfants… et quand il tombe de son bateau en pleine mer agitée, c’est pour mieux nous raconter comment il s’est accroché à tel ou tel filet pour héroïquement reprendre les commandes, de nuit, bien entendu.

Je croyais ouvrir un bouquin qui parlerait de cheminement, physique et psychologique, façon Bouvier, par exemple. Et bien non. Aucune remise en question.

Enfin, lorsque Mike Horn traverse le continent africain, il pose un regard très dur sur les gens. Selon lui, il n’y aurait que voleurs et fous furieux armés dans les pays qu’il traverse et tient un discours assez affligent, hautain, sans essayer de comprendre ou du mois s’interroger sur la situation.

A sa décharge, il raconte toute de même comment plusieurs fois, il a rebroussé chemin pour que son équipe technique puisse le filmer en plein effort pour réaliser la vidéo du voyage ou comment ses amitiés haut placées l’ont aidé à certains moments, à se sortir de situations délicates.

A lire si vous n’avez rien d’autre sous la main… mais seulement dans ce cas-là.