Ton dossier médical sur Internet

Le cas n’est pas isolé puisqu’en février dernier, Actusoins révélait les résultats de son enquête sur l’accessibilité en ligne des données médicales. Il suffisait de taper le nom d’un médecin suivi de la mention « hopital foch » pour accéder au serveur de l’hosto de Suresne et se taper la totalité des dossiers de ses patients.

Voilà quelques mois que l’on parle de ces questions de sécurité de données médicales. Le marché est florissant et visiblement, tous les acteurs ne mettent pas le même entrain à chiffrer, puisque une Marseillaise à découvert, tranquillette en surfant sur la toile, son dossier médical en ligne.

Capture

Le cas n’est pas isolé puisqu’en février dernier, Actusoins révélait les résultats de son enquête sur l’accessibilité en ligne des données médicales. Il suffisait de taper le nom d’un médecin suivi de la mention « hopital foch » pour accéder au serveur de l’hosto de Suresne et se taper la totalité des dossiers de ses patients.

La faille a été réparée depuis mais il a quand même été possible d’accéder en quelques clics aux dossiers médicaux pendant plusieurs mois. C’est la non sécurisation en amont des données et le fait qu’il ait fallu que l’article sorte pour que l’administration hospitalière daigne prendre les choses en main qui est ici problématique.

Business de la protection sociale

Mieux ! le site révélait aussi que les listings étaient accessibles et que l’on pouvait ainsi connaitre jusqu’au numéro de chambre des patients et le service dans lequel ils étaient soignés… De quoi déduire, pour certains d’entre eux, que la personne hospitalisée est atteinte d’une grave maladie.

Les conséquences sont désastreuses puisque si fuite de données médicales il y a, les assurances peuvent s’en servir pour refuser de prendre en charge tel ou tel patient, pour augmenter leurs tarifs suivant les problèmes médicaux des personnes… Le business de la protection sociale que cela pourrait entraîner s’ajouterait donc à la violation de vie privée.

L’enquête pointe aussi du doigt la volonté de certaines administrations hospitalières à refuser de faire appel à des sociétés agréées par l’Etat, qui garantissent la protection de ces données médicales. Elles préfèreraient auto-héberger leurs données dans des conditions de sécurité déplorables plutôt que de dépenser le budget nécessaire.

Syrie, aide médiale détournée, quid du camion du WFP ?

Etrange, étrange, que ce couac entourant la disparition supposée de camions du world food program… Une dépêche AFP tombée hier nous apprend qu’entre 90% et 95% de l’aide internationale envoyée au centre du Croissant-Rouge arabe syrien à Damas serait confisquée par le régime de Bachar al-Assad, dixit le docteur Tawfik Chamaa, membre fondateur de l’Union des organisations syriennes de secours médicaux (UOSSM),

Etrange, étrange, que ce couac entourant la disparition supposée de camions du world food program…  Une dépêche AFP tombée hier nous apprend qu’entre 90% et 95% de l’aide internationale envoyée au centre du Croissant-Rouge arabe syrien à Damas serait confisquée par le régime de Bachar al-Assad, dixit le docteur Tawfik Chamaa, membre fondateur de l’Union des organisations syriennes de secours médicaux (UOSSM), qui s’est exprimé à Genève mercredi. Il déclarait aussi :

« Tout soutien au Croissant-Rouge syrien en tant qu’entité officielle, en termes d’argent liquide ou de matériel qui va arriver à Damas, il faut savoir que c’est confisqué par le régime. »

Pire, il accuse l’aide détournée de finalement être destiné à un soutien au régime syrien, en particulier aux soldats.

Le porte-parole de l’UOSSM, qui regroupe 14 organisations de secours de différents pays dont la France, la Turquie, la Suisse et les Etats-Unis, a ainsi lancé un appel aux responsables humanitaires, leur demandant de « veiller à ce que le matériel et les produits » distribués arrivent véritablement « à la population ».

Camions du WFP, info ou intox ?

M. Chamaa a ainsi donné l’exemple de la disparition dans le nord de la Syrie d’un convoi de 11 camions du Programme alimentaire mondial (PAM), dont l’aide est habituellement distribuée par le Croissant-Rouge arabe syrien. Information toutefois non confirmé parle World food Program, le dernier article en ligne relatant le départ de camions.

Effet d’annonce ? « Je pense qu’il n’y a absolument pas de confiscation », estime pour sa part, une porte-parole du PAM à Genève, Elisabeth Byrs. L’organisation est d’alleurs habituée, en cas de problème de ce type, à médiatiser la situation. « Il y a un monitoring qui est fait, même dans des endroits qui sont les plus touchés », a-t-elle ajouté, apportant sa « confiance » au Croissant-Rouge arabe syrien.

Par contre, là où je rejoins M. Chamaa, c’est sur l’ouverture de couloirs aux ONG pour travailler librement dans le pays… Il y a urgence.

 « Si on doit donner une priorité maintenant, indépendamment de l’issue politique de la crise », alors il faut « ouvrir des accès à un approvisonnement humanitaire, à l’intérieur, directement, via des organisations bien reconnues, implantées et en contact avec la population »

(avec AFP)

Lisez aussi l’appel de MDM