Le serveur DIY

Ca aura pris un peu de temps mais c’est fait.
J’avais cette vieille machine qui a connu les 44 degrés du Soudan, la vie en Egypte, la révolution en Syrie et les montagnes Liban et qui, avant que j’en fasse l’acquisition d’occasion auprès d’une copine, avait fait un petit but de tour du monde avec elle.

Ca aura pris un peu de temps mais c’est fait.
J’avais cette vieille machine qui a connu les 44 degrés du Soudan, la vie en Egypte, la révolution en Syrie et les montagnes Liban et qui, avant que j’en fasse l’acquisition d’occasion auprès d’une copine, avait fait un petit but de tour du monde avec elle.
Elle roupillait gaiement dans une malle, ne s’allumant qu’un coup sur trois, ou quatre, ou cinq… mais je ne me raisonnais pas à la jeter. Début janvier, je me suis mise en tête d’en faire un serveur. Elle a commencé par me faire mentir en démarrant sans problème du premier coup, le temps d’y caler une Debian en netinstall.

2-Install

J’ai tout bien partitioné avec LVM /boot   /home   /root   /var   /tmp   je crois qu’il ne me me manque rien… et j’ai même compris pourquoi faire un /culture (oui, oui, c’était ma lubie) dès le départ ne sert à rien.

De retour à la maison, toute bien branchée sur le switch, ne voilà-t-il pas qu’elle me fait le yoyo. Et vas-y que je boote, et vas-y que je m’arrête, un coup oui, un coup non, rien de stable et impossible de travailler dessus.

3-Demonte

4-sable

Retour à la case bricole. Autant le disque dur était facilement accessible, autant pour le reste… Alors il a fallu tout démonter. De quoi redécouvrir des échantillons de sable d’une bonne partie des déserts du Moyen-Orient (oups!) et d’essayer de comprendre pourquoi elle nous joue des tours.

5-verso

C’est finalement la prise de l’alim qui avait mal vécu le temps qui passe. Enfin, plus précisément, la soudure de la fameuse prise qui s’était oxydée. Il a fallu dessouder, aspirer, ressouder bien propre.

6-entier

Et voilà notre machine prête à faire son grand retour à la maison…

7-demarre

… et à tourner depuis sans encombres.

8-bloc

Au passage, un petit clin d’oeil à Dotux

Le rêve, une espèce en voie de disparition

J’apprends en lisant le Courrier International de cette semaine que l’écriture cursive (à la main en attaché) n’allait plus être obligatoire dans 45 états des USA d’ici à 2015.

J’apprends en lisant le Courrier International de cette semaine que l’écriture cursive (à la main en attaché) n’allait plus être obligatoire dans 45 états des USA d’ici à 2015.

L’info crée un gros débat outre-atlantique et m’a fait réfléchir à mon propre rapport à l’écriture, notamment après toutes ces années passées à l’étranger. L’écriture c’est, pour moi, une part de la culture d’un pays, quelquechose en rapport direct avec la langue et son histoire.

Quand j’apprenais l’arabe, je me souviens des grosses lettres calligraphiées à la main plus ou moins adroitement sur des lignes qui n’en finissaient pas. J’avais une écriture d’enfant, malgré mes presque 30 ans, une écriture d’enfant qui s’appliquait à bien former ses lettres, à placer le point au bon endroit, à refaire trois fois les mêmes lettres parce que suivant leur place dans le mot, elles n’ont pas la même forme, à pester sur les « sôd » et « dôd » et leur forme chelou…

Pour les sonorités aussi, l’écriture à la main aidait. L’apprentissage se faisait avec des accents qui prenaient la place des voyelles et disparaissent au fil de l’apprentissage. Et alors que ces mots ne ressemblaient à rien sur un écran, un journal ou la devanture d’un magasin, ils prenaient du sens, posés sur le papier, avec leurs accents.

poster-l-alphabet-arabe-orientica

Moins exotique, l’écriture cursive, c’est aussi l’écriture en couleur, les cœurs dans la marge à 12 ans, les gros ronds sur les i en guise de point à 14, les dessins sur un coin de page parce qu’on n’a pas envie d’écouter, la grille de morpion entre deux potes qui s’en fichent, une fleur ou un soleil retrouvés au détour d’un cours quand la copine d’à côté avait déjà noirci tous ses coins de page.

Les écrans ne véhiculeront pas ces moments de vie qui participent aussi à la construction sociale du jeune.

Il faudra écrire avec une marge de tant de centimètres, parfois en couleur, avec l’interlignage qu’on nous donnera, et pas question d’avoir le choix entre lignes et petits carreaux, d’écrire en bleu ou en violet, de tracer des flèches ou des cercles pour faciliter la compréhension.

« Notre manière d’écrire a une incidence sur ce que nous écrivons »

C’est une phrase d’un des articles de Courrier International. Nous n’écrivons pas la même chose selon que nous sommes devant un écran ou une feuille de papier. Nous n’organisons pas l’espace de la feuille de la même manière. Nous aimons passer rapidement le texte en « justifié » d’un côté alors qu’on prend un malin plaisir à raturer, recommencer et écrire pas droit, mais pas droit du tout de l’autre côté.

L’inverse est aussi vrai dans mon cas. Ce que j’ai envie d’écrire va m’entraîner soit devant un écran, soit devant une feuille de papier. Et quelle feuille de papier ? Ça dépendra encore une fois de ce que j’écris.

Un bloc tout blanc pour une to do list sans cesse recommencée, un tout petit cahier pour quelques pensées déstressantes ou parfois déverser ma colère, un cahier à spirales pour le boulot, un mini bloc note qui ne quitte jamais mon sac en déplacement… Du blogage, des articles et tout ce qui peut être obligatoirement structuré sur un écran.

Une évolution naturelle ?

Tout cela me fait penser à l’arrivée de la photo numérique. Oui, j’ai bossé en labo, retourné ma cuve de négatifs Ilford HP5+ pour éviter les bulles, vérifié des centaines de fois, si ce n’est plus, le grain avant d’insoler… Oui, je suis vielle.

L’arrivée du numérique a complètement changé aussi le travail sur le terrain. Quand on prenait plusieurs photos avec une ouverture ou un temps de pose différents pour être sûrs de faire un bon cliché, quand on réfléchissait à deux fois avant de prendre une photo parce que bon, j’ai que 12 pose alors… Et puis on recherchait LA photo, alors on tournait de tous les côtés, on multipliait les angles, on créait… Alors qu’en numérique, on shoote, on regarde et si c’est correct, on ne se prend plus la tête.

En fait, l’écriture cursive, c’est comme la photo en argentique, il y a un côté imaginatif, artiste, rêveur qu’on ne trouve pas devant un écran ou dans une carte SD… Et c’est bien dommage de se dire que d’ici quelques années, on ne pourra plus sourire en tombant sur l’écriture d’une ado amoureuse au détour d’une feuille qui traîne ou sur les couleurs criardes de post-it collés ça et là pour ne rien oublier.

Aujourd’hui, nous avons le choix. Le choix entre l’écriture manuelle et l’écriture sur clavier, nous maîtrisons les deux. Supprimer l’écriture cursive reviendrait à priver les nouveaux jeunes du droit fondamental qu’est celui d’avoir le choix, à les obliger à n’utiliser que le clavier.

Nous sommes peut-être vieux, mais quand ils seront formatés, sans rêve ni dessins sur leurs écrans, nous nous souviendrons comment c’était bien, la liberté.

Introduction à l’auto-hébergement

S’auto-héberger, c’est aussi le fait de se réapproprier ses applications plutôt que de les confier à une entreprise (ou à une personne) tiers et de pouvoir les gérer de A à Z. C’est fournir soi-même les services qu’on va habituellement chercher chez les autres.

L’auto-hébergement, nous en parlions vite fait pendant la série des billets sur GPG, est un autre moyen, complémentaire, d’échapper à la lecture abusive de vos mails par des petites machines américaines, mais pas que.

S’auto-héberger, c’est aussi le fait de se réapproprier ses applications plutôt que de les confier à une entreprise (ou à une personne) tiers et de pouvoir les gérer de A à Z. C’est fournir soi-même les services qu’on va habituellement chercher chez les autres.

Ce n’est pas hyper facile à mettre en place pour un néophyte, mais je me dis qu’il suffit de se lancer d’où la bidouille actuelle autour du RasPi pour lequel j’ai un projet d’hébergement de flux RSS. Mon client IRC (Irssi) et mon blog sont déjà hébergés sur le serveur d’un copain, le Gordon, histoire d’assurer la transition en douceur.

D’abord, pour comprendre vraiment de quoi il s’agit, je te renvoi à cette vielle conf de Benjamin Bayart qui tient en une petite heure.

Minitel 2.0 par Benjamin Bayart from gaspard on Vimeo.

Tu te poses des questions ? Moi aussi !

Dotux s’en posait également et se disait que « ça pourrait être rigolo ». Un mélange de défi et de plaisir et depuis six ans, il repousse les limites de son savoir et de la technique : « J’ai pété des serveurs, j’ai continué… C’est toujours un cheminement. »

Un cheminement qui a commencé avec son premier salaire : « Un pote me présente Mandracke (NDLR : devenu Mandriva) comme alternative à Windows, et depuis, ça ne m’a jamais quitté. » S’en suivent quelques épisodes de découverte du Libre avant de passer à la gestion de serveurs : « On essaie, on recommence, on abandonne parfois plusieurs semaines, on recommence… »

« L’auto-hébergement, c’est un truc de riche »

Non, monsieur, pas si on en a envie de s’amuser. On peut partir d’ordinateurs de récup chinés ça et là, pourquoi pas une vieille machine à soi que l’on démonte ? Sur le site donnons.org, vous pourriez avoir des surprises, n’hésitez pas non plus à consulter les sites d’enchères où certains se débarrassent de vieilles machines à très bas prix. Du moins, s’il est question d’apprentissage, pas besoin d’investir beaucoup.

Et une fois qu’on a son vieil ordi ou son serveur, on fait quoi ? (mis à part le regarder, je veux dire…)

« Tu rencontres les gus, tu apprends à lire la doc sur le web… » Oui, mais encore ? « J’ai envi de faire ça, est-ce que ça existe pas déjà dans le Libre ? Il suffit parfois de recopier un script ! » Parfois, donc, auto-héberger des services peut donc être simple comme un copy-paste !

Et tu réponds aux copains qui te demandent pourquoi tu t’embêtes à faire ça « au départ, tu balbutie pour essayer de l’expliquer aux gens… »

3667606340_e6a7252062_n

L’auto-hébergement, ça bouffe de l’électricité, non ?

Un petit ordinateur portable recyclé qui tourne en prod, c’est 3 à 4 euros/mois tout compris : consommation de la box + 1 routeur +1 serveur. La consommation de Dotux équivaut à 3,6 K watts/heure.

Sur la liste des courses, il serait bon à terme, de rajouter un onduleur « quand on commence a avoir des services dont on a besoin H24. Autant pour un service de flux RSS ce n’est pas bien grave qu’il soit indisponible quelques heures, autant pour le DNS et le Mail cela devient critique. »

Once upon a time…

Aujourd’hui, Dotux a 2 serveurs en prod à base de matériel de récup chez lui pour du web, du mail et du dns. Son premier essai remonte à 4 ou 5ans en arrière : « J’avais un lecteur de flux NetVibes, il s’agissait de données que je considérais comme un peu persos, je n’avais pas envie passer à GoogleReader, alors j’ai monté un serveur Apache, mySQL en allant chercher des infos sur les blogs, forums… » Au final, il a fait le choix de machines qui tournent sur Ubuntu, d’un Linksys et d’un routeur avec OpenWRT.

Le Bortz émet toutefois quelques réserves dans ce billet : « Mais tout le monde n’a pas forcément la compétence, ou tout simplement le temps ou l’envie, pour gérer cette machine et ces applications. N’est-il pas temps de développer un système tout fait pour cela ? (…) un paquetage tout fait ».

En gros, créer un pack user friendly d’auto-hébergement. Les puristes diront qu’ils en ont chié et que tout le onde doit en passer par là, les plus intelligents pointeront les limites en termes de sécurité

Confort ou liberté ?

Puisque c’est bien là que ce pose tout le problème. Le conflit entre confort et liberté. On peut choisir un clicodrôme qui fonctionne sans qu’on ne comprenne comment, qui fonctionne même très bien, mais qu’en sera-t-il, dans ce cadre, de nos données ? Oui, l’auto-hébergement demande un peu (beaucoup) de temps et de l’huile de coude, mais il passe surtout par une prise de conscience que j’évoquais ici il y a plusieurs mois.

Un pack user-friendy créé par un tiers ne serait pas, justement, « backdoorable » ? Est-ce que le fait de créer son propre système d’auto-hébergement n’apprends pas, dans un même temps, à en gérer les problèmes, à administrer ce serveur ? Contrairement à l’achat d’un système tout fait.

7175882439_d668718992_n

Héberger ses mails ?

Oui, c’est quand même la finalité. Chiffrer + auto-héberger ses mails, ça peut donner qqch de bien sympa, et c’est ce à quoi j’aspire. Beaucoup plus dur, selon Dotux, que l’hébergement d’un blog ou de flux : « RSS a juste besoin de se connecter au serveur. Pour le mail, il faut connaître le DNS, le SMTP, IMAP ou du POP, savoir faire des redirections quand t’es en IPv4 et que ton serveur a une IP privée alors que ta connexion a une IP publique… Et donc de faire de la redirection DNAT »

T’as rien compris ? Moi non plus, mais j’ai envie d’apprendre. « Pour un serveur web, c’est pareil. Je ne suis pas d’accord avec ce que dit Okhin, aujourd’hui, ce n’est pas accessible à Madame Michu… » Ou alors il faut que la mère de Jean-Kévin se lance dans les mêmes lectures que moi pour acquérir quelques bases en informatique « T’est clairement plus efficace en ligne de commande ».

C’est à nous aussi, d’informer, d’en parler, de démonter que c’est jouable et faisable, y compris pour que la Mère Michu tchatte depuis son serveur en utilisant du XMPP.

Sinon, il y a aussi les bons plans, et Dotux en a un : « C’est en marge d’une conf Parinux que j’ai monté mon serveur mail, l’année dernière, lors d’un atelier. Depuis, il tourne H24 ! » Il a pu/su se débrouiller aussi parce que l’informatique est son métier et qu’il y a été formé. Vigdis, lui, progresse grâce à son engagement technique dans un FAI associatif.

Pour le grand public, il est plutôt déconseillé de se mettre à l’auto-hébergement de mails tout de suite, dixit Dotux : « Commencez donc par prendre un nom de domaine chez Gandi ou OVH, vous pouvez vous amuser avec TTRss qui ne demande pas grand chose à faire, puis apprendre les backups, comprendre le NAS, fairedes certificats SSL… »

A l’entendre, on croirait que c’est facile.
Chiche, on tente ?!

Illustration Flickr/CC/investingingold et Kodomut

  • Les liens qui vont bien

C’est quoi donc l’auto-hébergement ?
Retranscription de la conf Minitel 2.0