La peur au service du viol de la vie privée

Encore nue fois, on se sert de la peur, celles des femmes à qui l’on pose comme paradigme que leur compagnon est possiblement le meurtrier des quartiers sud, pour justifier le fait de violer la vie privée de la moitié de la population.

J’apprends qu’en Grande-Bretagne, les femmes pourront consulter le casier judiciaire de leur compagnon. Une très mauvaise mesure qui devrait rentrer en vigueur d’ici mars prochain.

Vie privée

Pourquoi ce texte est-il très mauvais ? Déjà en ce qui concerne la violation de la vie privée. C’est un fait. On n’a pas à connaître le casier judiciaire d’untel ou d’un autre, même en cas de vie de couple.

Continuer la lecture de « La peur au service du viol de la vie privée »