Paramétrer un proxy Tor pour FoxyProxy

J’ai eu plusieurs retours de personnes qui trouvent embêtant de paramétrer/déparamétrer à chaque fois qu’ils en ont besoin, une connexion via Tor dans leur navigateur, celui où ils ont tous leurs bookmarks et leurs petites habitudes.
Deux possibilités, soit mettre en place ces réglages par défaut, ce qui pour moi est une mauvaise idée puisque elle vous donne une illusion de sécurité, et c’est là que vous ne faites plus attention et que la situation peut devenir potentiellement dangereuse. Par ailleurs, elle vous « oblige » à passer par le réseau Tor à des moments où vous n’en n’avez pas spécialement besoin.

J’ai eu plusieurs retours de personnes qui trouvent embêtant de paramétrer/déparamétrer à chaque fois qu’ils en ont besoin, une connexion via Tor dans leur navigateur, celui où ils ont tous leurs bookmarks et leurs petites habitudes.
Deux possibilités, soit mettre en place ces réglages par défaut, ce qui pour moi est une mauvaise idée puisque elle vous donne une illusion de sécurité, et c’est là que vous ne faites plus attention et que la situation peut devenir potentiellement dangereuse. Par ailleurs, elle vous « oblige » à passer par le réseau Tor à des moments où vous n’en n’avez pas spécialement besoin.

FoxyProxy

Une solution intéressante est d’utiliser Foxy Proxy, un petit plug-in que vous téléchargez facilement dans Firefox. Il se place automatiquement à droite de votre barre d’adresse sous forme d’une petite tête de renard.

Capture du 2014-01-09 14:42:15

Lorsqu’il est « barré » comme celui-ci, il indique qu’il n’est pas en fonction.

Tor

En prérequis, bien entendu, il vous faut installer Tor. A titre perso, j’ai installé les paquets Vidalia et fait les modifs conseillées par ce tuto (sinon cela ne fonctionnait pas). Il ne reste plus qu’à lancer Vidalia pour me connecter au réseau Tor…

Capture du 2014-01-09 14:31:32

Attention ! Etre connecté ne veut pas dire que votre trafic http(s) va passer par ce réseau. Pour ce faire, il faut créer un nouveau proxy chez le renard. Vous cliquez dessus pour l’ouvrir et voici ce sur quoi vous tombez. Bien entendu, il n’y a que le proxy par défaut déjà enregistré (le bleu), celui du dessus avec la joli couleur est celui que nous allons paramétrer.

Capture du 2014-01-09 14:43:11

Cliquez sur « ajouter un proxy » à droite et sur la page qui apparaît, choisissez le nom de votre proxy, pas obligé de l’appeler « Tor », Georges ou Emilien sont aussi valables, mais il faudra vous souvenir qu’il s’agir d’un proxy passant par Tor. Vous pouvez aussi choisir la couleur que prendra votre renard, j’ai choisi un bleu-vert sympathique.

nom

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à remplir les paramètres spécifiques à Tor : port, adresse IP… et le tour est joué. dans l’onglet suivant qui ressemble à ça lorsqu’il est vide :

1

Et à ça lorsqu’il est bien rempli :

2

Il ne vous reste plus qu’à choisir, le moment venu, de surfer via ce proxy,en cliquant sur le renard avec la touche à droite du mulot et choisir « utiliser le proxy (Emilien, Tor, Jean-Jacques…) pour toutes les URL ». N’oubliez pas de vous connecter au réseau Tor dans un premier temps.

Capture du 2014-01-09 14:38:32

  • Les liens qui vont bien

Orbot, Tor pour mobiles
Tails, la distro live avec les paramètres qui vont bien
Utiliser Tor, ne remplace pas les habitudes de sécurité

Orbot, retour d’utilisation

De passage en Jordanie (oui, j’ai mis du temps à écrire ce billet) j’ai testé Orbot. Orbot c’est quoi donc ? C’est l’équivalent de Tor, dont on a déjà parlé ici, mais sur smartphone.

Orbot sert à préserver votre anonymat en ligne qu’il s’agisse de surfer sur le Ouaibe ou d’autres utilisations d’Internet. Il fournit l’accès au réseau Tor aux utilisateurs de smartphones Androïd.

Autre avantage pour une utilisation grand public, il permet de choisir de manière assez user friendly, en quelques clics, les applications dont le trafic passera par le réseau Tor : mails, navigation, tchat… ou alors de choisir de faire transiter les flux de la totalité de vos applications.

Capture du 2013-10-24 11:00:38

Un test bien basique pour savoir si votre connexion transite bien par le réseau Tor, celui de d’aller consulter les sites qui vous indiquent quelle est votre IP, du genre mon-ip.com, qui vous localisera quelquepart dans le monde mais sans doute pas là où vous vous trouvez.

Pour l’anonymat et vous permettre de vous connecter sans avoir à subir les restrictions du pays dans lequel vous vous trouvez physiquement, c’est une bonne chose, donc.

Cet outil a tout de même un problème, celui de tirer pas mal sur la batterie, donc plutôt limité en termes de mobilité. Impossible, par exemple, de le laisser tourner plusieurs heures d’affilée, sur une connexion « grand public » par exemple, via wifi dans le salon d’un hôtel, à moins d’avoir son chargeur et une prise à portée de main.

Moins grand public, en connexion 3G, ne surtout pas laisser tourner Orbot plusieurs heures sur votre machine ou au moment où vous aurez vraiment besoin de téléphoner, il ne vous restera plus de jus.

Eteindre Orbot ?

Oui mais…

Oui mais si vous rechargez vos mails coûte que coûte, en continu, votre application s’y connectera sans ce programme, et donc à quoi cela peut-il servir de le faire tourner épisodiquement ? Dans ce cas précis, il faut abandonner l’idée du chargement des mails en continu et s’astreindre, à chaque fois qu’on en a envie, à retaper son mot de passe.

A titre personnel, je suis plutôt opposée au chargement des emails sur mobile, et je m’en passe, mais dans certains pays, le smartphone est parfois le seul ordinateur qu’une personne possède, elle ne peut donc pas faire autrement.

Très bon retour, donc, sur Orbot, même si son utilisation doit s’accompagner d’autres mesures de sécurité dans le cadre d’un reportage, qu’il s’agisse de sécurité informatique ou de comportements personnels. Le seul souci majeur noté étant celui de la consommation d’énergie.

  • Les liens qui vont bien

télécharger Orbot sur tes dépots préférés
Les téléphones mobiles et la sécurité
Utilisez votre smartphone en sécurité