Un boite pour le RasPi

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier. J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier.

J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

Raspi1

Continuer la lecture de « Un boite pour le RasPi »

#Raspi quelques trucs

Aujourd’hui, on s’amuse un peu avec le RasPi.

langage

Pour redéfinir les locales, qui prennent en compte l’écriture des nombres, s’ils ne s’écrivent pas en chiffres arabes comme par défaut, la langue des installations, etc… la commande est très simple

Continuer la lecture de « #Raspi quelques trucs »

#Raspi Cogitation autour de l’install serveur

J’ai enfin installé nginx. J’étais même toute fière quand, me connectant en local depuis mon navigateur sur mon RasPi, le message d’acueil du serveur web tout bien paramétré me souhaitait la bienvenue.

J’ai enfin installé nginx. J’étais même toute fière quand, me connectant en local depuis mon navigateur sur mon RasPi, le message d’acueil du serveur web tout bien paramétré me souhaitait la bienvenue.

Je regrette quand même que les tutos relatifs à l’installation ne soient pas assez complets, pas assez explicites, on se retrouve parfois à faire du copy-paste de commandes. Et si, on ne prend pas la peine de lire à gauche à droite ou de faire des recherches sur ces commandes avant de les effectuer dans son terminal, comme je l’ai fait, on se retrouve vite à jouer les automates, à faire comme c’est écrit et à copier bêtement.

Je trouve cela assez dommage. Surtout que le but de l’utilisation du RasPi était justement l’apprentissage. Mais si je ne fais pas moi-même la démarche de comprendre, il me semble que plus j’avance, plus je lis de tutos, plus je m’aperçois qu’on peut très bien « faire » et « réussir » une install sans avoir rien compris à la chose.

Je trouve ça un peu dommage… Mais ainsi va la vie.

#RasPi Raspi-config vs GParted

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Pour vérifier si c’est votre cas, commencez par vous connecter au RasPi soit en ssh, c’est mon cas, soit face à votre écran) et entrez une simple commande :

df -h

Là, vous verrez la taille de votre partition. Si elle occupe les 8 gigas ou quasi, vous pouvez d’ores et déjà faire joujou avec le serveur miniature, mais dans le cas contraire, il faut se relever les manches. On trouve pas mal de tutos dédiés au fait de faire prendre toute la place à RaspBian sur la carte SD, plus ou moins obscurs.

On trouve par exemple de délicieuses, mais héroïques prises de tête via ligne de commande, des connexion via Putty pour les utilisateurs windows, des conseils des uns et des autres qui ne s’entendent pas. On m’a conseillé d’utiliser GParted, en toute simplicité, comme pour quand je bidouille de la partoche sur clé USB.

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.29.59

Je trouve la partition principale, j’UMOUNT bien entendu et je la redimensionne en sifflotant. C’est simple comme trois clics.

GParted debut

Opération réussie me dit la machine.

GpartedOK

Sauf que… Sauf que ça ne fonctionne pas ! Et j’ai au passage crashé la machine, heureusement que je n’avais pas encore trop installé de trucs dessus. Il me faut donc reprendre l’installation à zéro, on verra plus tard pour le firmware et le password.

La machine 1 – Juju 0

Une fois que c’est fait, rebootons joyeusement. La machine en avait décidé autrement. Pas possible de m’y connecter en SSH. Mon terminal m’envoie tout un tas de sympathique avertissements pour me mettre en garde… et impossible de me connecter à mon RasPi. Impossible aussi de trouver de la doc qui s’y rapporte.

Warning

Respirer, souffler, toussa… J’essaie de passer par radioTwitter, nous verrons bien. Et ça a fonctionné grâce aux bonnes idées de @kalimeroforever et @sniperovitch et sans alcool (!!!!)

ssh -keygen -R ipdelamachine

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.33.57

Et win ! on arrive enfin à se connecter au RasPi avec les identifiants non pas habituels, mais les identifiants par défaut de Raspbian puisque je te rappelle qu’on a refait une install (et qu’il faudra tout se retaper…). Sauf que ça ne nous dit toujours pas si la partoche fait la bonne taille. On refait le « df tout ça » expliqué plus haut. Et non, on est bon pour étaler le Pi.

sudo raspi-config

C’est tout bleu. il suffit de chercher la ligne mentionnant l’espace de ta carte SD (dans mon cas, il s’agissait de la première ligne) et de cliquer sur Entée. Là, un message de confirmation apparaît.

resizeOK

La machine 1 – Juju 1

Il ne reste plus qu’à cliquer sur « finish » en se disant « rhooo mais c’est tout !? » et à rebooter la machine. Là, même commande pour vérifier si le Pi a bien pris toute sa place.

df -h

J’ai gagné ! Il est maintenant temps de passer à l’install Ngnix.

  • Les liens qui vont bien

Introduction à l’auto-hébergement
Mise à jour du firmware du RasPi
C’est quoi donc un RasPi ?

#RasPi MAJ du firmware

Avant de lancer bébé RasPi dans la cour des grands, il est nécessaire d’en changer le mot de passe mais surtout, de mettre à jour le firmware (non, on ne dit pas firmeuhouaire) puisque depuis que tu l’as acheté, quelques petites failles sont apparues, le moyen de les réparer aussi.

Avant de lancer bébé RasPi dans la cour des grands, il est nécessaire d’en changer le mot de passe mais surtout, de mettre à jour le firmware (non, on ne dit pas firmeuhouaire) puisque depuis que tu l’as acheté, quelques petites failles sont apparues, le moyen de les réparer aussi.

Pour se faire, je me suis inspirée de deux tutos, celui de Korben et celui proposé par le site qui m’avait permis de réussir mon install Raspbian sur la carte SD.

Je commence par chercher la version du firmware avec cette commande

uname -a

Et j’obtiens une réponse. J’ai la version 456

J’ai envie de faire le truc proprement donc, première étape, je lance une MAJ de Raspbian

sudo apt-get update && sudo apt-get -y upgrade && sudo apt-get -y dist-upgrade

La mise à jour, baptisée rpi-update est disponible sur un Github mais avant de l’installer, faut-il encore la récupérer et la déposer à sa place. Installons d’abord ce qui est requis pour arriver jusqu’à GitHub.

sudo apt-get install ca-certificates git-core binutils

avant de choper le script

sudo wget https://raw.github.com/Hexxeh/rpi-update/master/rpi-update

de le déposer au bon endroit

sudo cp rpi-update /usr/local/bin/rpi-update

et de finir par le rendre exécutable

sudo chmod +x /usr/local/bin/rpi-update

On reconnait ici le « +x » qui donne l’autorisation d’exécuter. Et puis après ? Ben après, il faut se lancer. C’est parti pour la MAJ !

sudo rpi-update

Oui, oui, tout ça pour ça…

  Ca mouline… Plutôt beaucoup, meme…

 Capture d’écran 2013-07-16 à 14.12.12

 

Il faut maintenant redémarrer le RasPi pour qu’il prenne en compte la mise à jour (oui, oui, comme sous windows) quoique certains tutos ne s’accordent pas sur ce plan là. Certains ne le préconisent pas. Alors au cas où…

sudo reboot

on interroge de nouveau le RasPi pour connaitre la version du firmware (qui ne se prononce toujours pas firmeuhouaire)

uname -a

Et voila la dernière version !

Mission accomplie ! J’ai maintenant la version 474.

Contrôle de micro-ondes via RasPi

Un petit malin s’est amusé à voir ce que cela pourrait donner s’il banchait son RasPi sur un micro-ondes afin de pouvoir le contrôler à distance.

Un petit malin s’est amusé à voir ce que cela pourrait donner s’il banchait son RasPi sur un micro-ondes afin de pouvoir le contrôler à distance.

Des heures de codes plus tard (tout plein d’heures) le voilà en capacité de commander son appareil ménager à distance, de créer une base de de données avec les temps de cuisson des aliments via leur code barre.

Mieux, il peut même le contrôler via téléphone mobile…

[youtube]http://youtu.be/e2YtARzJTys[/youtube]

Prise en main #RasPi

Première étape, l’installation, avant la prise en main, en local, en d’autres termes, faire mumuse et apprendre dans le même temps les commandes que je ne connais pas.

J’ai commencé à bidouiller ce petit appareil dans le but d’apprendre (un jour dans fort fort fort longtemps) à gérer un serveur. Je me suis fixé, comme premier objectif d’héberger un lecteur de flux RSS.

Première étape, l’installation, avant la prise en main, en local, en d’autres termes, faire mumuse et apprendre dans le même temps les commandes que je ne connais pas.

 Un RasPi, c’est quoi ?

 IMG299

Il s’agit d’un mini serveur qui tient dans la main avec juste ce qu’il faut de ports pour brancher un écran, un clavier, un chargeur micro USB (le même que vous utilisez pur votre smartphone), une câble Ethernet, ainsi que deux ports USB.

Enfin, un emplacement est dédié à accueillir une carte SD, c’est là dessus que vous allez installer votre système d’exploitation de la « famille » linux. On en trouve aujourd’hui un peu pour tous les goûts d’après ce wiki (Fedora, NetBSD, Arch, Debian…). J’ai opté pour Raspbian, présenté comme l’idéal pour les débutants.

La page Wikipédia du RasPi précise que ce petit appareil « est destiné à encourager l’apprentissage de la programmation informatique. » tant mieux, c’est justement ce que l’on cherche !

Passons à la pratique

J’ai lu, lu et relu avant de me lancer. Je m suis dégourdi les doigts et je me suis lancée sur le tuto le plus simple pour la première étape qui est la préparation de la carte SD. A vider, à formater, bien entendu, pour repartir sur qqch de propre.

Capture du 2013-06-08 11:44:12

Je télécharge RaspBian, je l’extrait et l’installe sur la carte sauf que… Sauf qu’une fois que je branche le tout, seule la led qui indique l’alimentation s’allume. Et ce n’est visiblement pas normal.

Je recommence tout le toutim, même résultat. Je cherche d’autres tutos, j’en trouve un sur Windows… Bon tant pis.

Je boote sur Windows, du moins après le bon quart d’heure de pose imposée pour qu’il fasse tout seul ses mises à jour sans que j’ai mon mot à dire. Je télécharge RaspBian, je l’extrait, la carte SD, toussa. Je branche le tout avec le sentiment du devoir accompli et… feu rouge, comme précédemment.

Je ferme cette merde (je suis toujours très calme, hein) et je repars sur mon Ubuntu.

Remontage de manche, passons à l’installation via dd sur ce petit tuto. Formatage toujours et encore pour commencer sur du propre, il m’a fallu ensuite une bonne demi heure pour comprendre que c’était « umount » et pas « uNmount » en mode « rhooo ben pourquoi ça ne fonctionne pas ? » et puis allons-y pour l’install.

En ligne de commande

Tous les tutos indiquent la même commande :

dd bs=1M if=~/Downloads/2012-07-15-wheezy-raspbian.img of=/dev/rdisk1

Zou !

Ah ben non, ça ne fonctionne pas.

Première erreur, celle de copy/paster directement cette ligne. Pourquoi ?

  • le « chemin » est valable seulement pour la personne qui a écrit cette commande. Par exemple, chez moi, le dossier « Downloads » s’appelle « téléchargements » et le nom de la carte SD est « sdb1 » et non pas « rdisk1 ». En d’autres termes, l’auto-complétion est ton amie !
  • Il manque un petit qqcch, problème que l’on retrouve dans plusieurs tutos et pas que sur l’installation de RaspBian. En effet, ceux qui les écrivent semblent s’adresser à des gens qui « savent déjà » alors que la documentation a un but pédagogique. Il faut en effet rajouter la commande « sudo » au début de cette ligne.

sudo dd bs=1M if=~/Bureau/2013-05-25-wheezy-raspbian.img of=/dev/sdb

Ce coup-ci, ça tourne ! L’install se fait ! Il est maintenant temps de placer la carte SD dans le RasPi. J’ai depuis installé mon switch au salon à côté de l’ordinateur pour ne plus avoir à faire des AR jusqu’à ma box.

Je branche le tout, suspense et…

IMG314

Et ben non, toujours la même histoire.

Pffffiuuuu.

Peut-être que cela vient du cable ethernet ? m’a-t-on dit récemment. Je teste de nouveau avec le grand câble relié à ma box qui arrive jusque dans le salon et dont je me sers pour connecter mon ordinateur. Celui-ci, je suis sûre qu’il fonctionne et… et ben non.

Prochaine étape, comprendre pourquoi cela ne fonctionne pas !

  • Les liens qui vont bien

Un blog de bidouilleur qui traite pas mal du sujet.
Un guide d’installation rapide.
Un tuto wiki en anglais.
Comment configurer son réseau local.
RasPi, le SSH, comment et pourquoi.