Un boite pour le RasPi

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier. J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

J’ai enfin acheté une petite boite pour me permettre de laisser tourner le RasPi à temps plein, trop d’humidité chez moi pour faire quoi que ce soit sans boîtier.

J’ai opté pour un Pibow à monter soi-même.

Raspi1

Continuer la lecture de « Un boite pour le RasPi »

Espèces de ports #RasPi

Aujourd’hui, on joue avec les ports. Déjà, direction ton terminal et la commande suivante t’affichera la liste des services et les ports auxquels ils sont rattachés.

Aujourd’hui, on joue avec les ports. Déjà, direction ton terminal et la commande suivante t’affichera la liste des services et les ports auxquels ils sont rattachés.

view /etc/services

Le https, par exemple, est sur le port 443, alors que le http est sur le port 80, l’imap, qui te sert à charger tes mails dans ton client, passe par le port 143, le ssh, dont on a déjà parlé ici pour se connecter à un serveur distant, passe par le port 22, OpenVPN par le 1194…. bon, on pourrait y passer des heures…

 Capture du 2013-10-18 10:36:49

Chez toi, sur ton serveur, tu peu aussi t’amuser à voir ce qui entre/sort et par où, grâce à la commande « ss ». On va lui ajouter tout un tas d’attributs permettant de différencier les type de ports ss -t pour les ports utilisant le protocole TCP, par exemple ss -u pour ceux utilisant UDP, on peut aussi différencier l’écoute et l’utilisation, par exemple.

Si on veut avoir les ports en écoute (l), qu’ils soient TCP ou UDP (t et u), le processus lié à chaque port (p) et le sIP liées (n) :

Je profite du fait de n’avoir pas encore installé grand chose mis à part nginx pour lancer la commande et effectivement, seul le port lié au ssh, mon mode de connexion au RasPi est listé.

ss -tulnp

Il ne reste plus qu’à aller dans sa liste /etc/services pour voir à quoi chacun de ces ports correspond.

Capture du 2013-10-17 18:19:12

Pour comparer, sur mon ordinateur, même commande

Capture du 2013-10-18 11:25:18

Le port 68 indique « bootPC », le 5353 c’est pour le DNS,  le 35511 qui me donne ça (???), le 3689 pour de l’audio et le 631 pour visiblement de l’impression depuis le Ouaibe.

#RasPi Raspi-config vs GParted

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Ngix ne veut pas s’installer, pas de place pour l’écriture me dit la machine… Pourtant, je n’ai rien fait à part changer le password et la MAJ du firmware. Après quelques recherches, je m’aperçois que les 8 gigas de la carte ne sont pas utilisés, mais que la partoche ne représente que 1,75G… Il faut donc lui faire prendre toute la place à laquelle elle a droit.

Pour vérifier si c’est votre cas, commencez par vous connecter au RasPi soit en ssh, c’est mon cas, soit face à votre écran) et entrez une simple commande :

df -h

Là, vous verrez la taille de votre partition. Si elle occupe les 8 gigas ou quasi, vous pouvez d’ores et déjà faire joujou avec le serveur miniature, mais dans le cas contraire, il faut se relever les manches. On trouve pas mal de tutos dédiés au fait de faire prendre toute la place à RaspBian sur la carte SD, plus ou moins obscurs.

On trouve par exemple de délicieuses, mais héroïques prises de tête via ligne de commande, des connexion via Putty pour les utilisateurs windows, des conseils des uns et des autres qui ne s’entendent pas. On m’a conseillé d’utiliser GParted, en toute simplicité, comme pour quand je bidouille de la partoche sur clé USB.

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.29.59

Je trouve la partition principale, j’UMOUNT bien entendu et je la redimensionne en sifflotant. C’est simple comme trois clics.

GParted debut

Opération réussie me dit la machine.

GpartedOK

Sauf que… Sauf que ça ne fonctionne pas ! Et j’ai au passage crashé la machine, heureusement que je n’avais pas encore trop installé de trucs dessus. Il me faut donc reprendre l’installation à zéro, on verra plus tard pour le firmware et le password.

La machine 1 – Juju 0

Une fois que c’est fait, rebootons joyeusement. La machine en avait décidé autrement. Pas possible de m’y connecter en SSH. Mon terminal m’envoie tout un tas de sympathique avertissements pour me mettre en garde… et impossible de me connecter à mon RasPi. Impossible aussi de trouver de la doc qui s’y rapporte.

Warning

Respirer, souffler, toussa… J’essaie de passer par radioTwitter, nous verrons bien. Et ça a fonctionné grâce aux bonnes idées de @kalimeroforever et @sniperovitch et sans alcool (!!!!)

ssh -keygen -R ipdelamachine

Capture d’écran 2013-09-02 à 15.33.57

Et win ! on arrive enfin à se connecter au RasPi avec les identifiants non pas habituels, mais les identifiants par défaut de Raspbian puisque je te rappelle qu’on a refait une install (et qu’il faudra tout se retaper…). Sauf que ça ne nous dit toujours pas si la partoche fait la bonne taille. On refait le « df tout ça » expliqué plus haut. Et non, on est bon pour étaler le Pi.

sudo raspi-config

C’est tout bleu. il suffit de chercher la ligne mentionnant l’espace de ta carte SD (dans mon cas, il s’agissait de la première ligne) et de cliquer sur Entée. Là, un message de confirmation apparaît.

resizeOK

La machine 1 – Juju 1

Il ne reste plus qu’à cliquer sur « finish » en se disant « rhooo mais c’est tout !? » et à rebooter la machine. Là, même commande pour vérifier si le Pi a bien pris toute sa place.

df -h

J’ai gagné ! Il est maintenant temps de passer à l’install Ngnix.

  • Les liens qui vont bien

Introduction à l’auto-hébergement
Mise à jour du firmware du RasPi
C’est quoi donc un RasPi ?

#RasPi Et la lumière fut !

Déjà, vérifier qu’il fonctionne et que la machine boote bien sur Raspbian, l’OS de la carte SD. Très simple, si toutes les leds s’allument, vous avez gagné. Si ce n’est pas le cas, reportez-vous au tableau de ce tuto qui explique, led par led, à quoi elles correspondent, et par conséquent à quoi correspondent les erreurs.

Lundi, c’est RasPi !

La semaine dernière, on a réussi à retrouver le Raspi en local aujourd’hui, on va voir comment ‘y connecter.

Déjà, vérifier qu’il fonctionne et que la machine boote bien sur Raspbian, l’OS de la carte SD. Très simple, si toutes les leds s’allument, vous avez gagné. Si ce n’est pas le cas, reportez-vous au tableau de ce tuto qui explique, led par led, à quoi elles correspondent, et par conséquent à quoi correspondent les erreurs.

C’est branché, c’est allumé, c’est joli.

IMG364

Suivons donc ce tuto pour se connecter en SSH.

ssh pi@l'adresse.IP.de.la.machine
mot de passe : raspberry

connexion établie !

pi

A partir de là, les eux premières choses à faire :

– Mettre à jour la machine. Il y a eu des évolutions et surtout des failles de sécurité trouvées.

– Changer le mot de passe par défaut. C’est peut-être un détail aujourd’hui, mais ce sera un gros problème une fois que vous déciderez de faire de l’Internet avec votre machine… Et il est facile d’oublier avec le temps.