Iran, des NetCitoyens sans protection

Mahmoud n’était déjà pas un grand ami de la neutralité du Net. Depuis les manifs de 2009, il a une sale histoire avec la liberté d’expression… Comme si cela ne lui plaisait pas.

Nous sommes lundi 11 mars 2013 et Reuters nous apprend que l’Iran bloque les VPN non autorisés par l’Etat. Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? Que les Iraniens ne peuvent plus contourner la censure locale.

Mahmoud n’était déjà pas un grand ami de la neutralité du Net. Depuis les manifs de 2009, il a une sale histoire avec la liberté d’expression… Comme si cela ne lui plaisait pas.

Nous sommes lundi 11 mars 2013 et Reuters nous apprend que l’Iran bloque les VPN non autorisés par l’Etat. Concrètement, qu’est-ce que cela veut dire ? Que les Iraniens ne peuvent plus contourner la censure locale.

 VPN

Capture d’écran 2013-03-11 à 17.36.21

Un VPN est une sorte de réseau virtuel privé. Il chiffre et protège votre trafic entre votre ordinateur et un serveur et/ou un autre ordinateur. Grâce à cet outil, donc, tout votre trafic est rendu illisible. Il n’y a donc aucun moyen de savoir quelles données circulent : ce que vous téléchargez, les sites que vous consultez, etc.

« seuls les VPN légaux , enregistrés et validés par l’État pourront continuer à fonctionner et à être utilisés. »

Si le VPN en question est un outil d’Etat, ou validé par l’Etat, comme les seuls qu’autorisent actuellement l’Iran, ça a tendance à sentir plutôt mauvais puisqu’ils peuvent potentiellement y mettre le nez dedans… Donc cela revient à faire circuler la data en clair dans un pays où la répression sur Internet ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui, donc, les Iraniens n’ont pour l’instant plus le choix pour publier leurs vidéos de manifs sur Youtube, que de celui de se connecter en clair et donc, de se faire choper.

Outre la liberté d’expression, la liberté de communiquer avec l’extérieur et entre Iraniens, la neutralité du Net, c’es tout simplement le droit fondamental à vivre et agir sans être espionné que l’Iran attaque.

Capture d’écran 2013-03-11 à 17.31.31

C’est un nouveau pas, donc, vers « l’internet national iranien » qui n’est donc pas Internet, que le pouvoir n’a de cesse d’essayer de nous vendre. Attaques extérieures, lutte contre le terrorisme, contre les méchants virus… Aujourd’hui, l’Iran en ligne, donc, c’est encore plus de l’entre soi, avec des citoyens qui ont de moins en moins de voies d’accès pour témoigner des horreurs commises dans ce pays par le pouvoir en place.

Lire l’article de Numérama.

 

NetNeutrality, Surveillance, Iran, Egypte, Internet, Copyright… Les liens du dimanche #17

NetNeutrality, Surveillance, Iran, Egypte, Internet, Copyright… Les liens du dimanche #17

Welcome in your world !

Cette semaine, on défend la Neutralité du Net dans Libé et ça fait plaisir. En même temps, les écoutes se multiplient en Suisse. Surveillance, quand tu nous tiens…

Au rayon sympa, Ahmadinejad se fait tataner en Egypte par un réfugié syrien… Et ça fait un poil plaisir à voir.

L’illustration de la semaine, c’est la photo des cables sous marins de l’Internet mondial, oui, madame, à voir ici en plein écran.

 

Capture d’écran 2013-02-05 à 16.35.15

 

 

Internet, c’est aussi le gros débat autour du Copyright qui traîne depuis des années. La Cour Européenne des Droits de l’Homme a déclaré les procés pour violation du Copyright contraires aux Droits.

 

Paris sous surveillance

Le site Paris Sous Surveillance est lancé. Il s’agit d’un site parisien de cartographie collaborative des caméras de vidéosurveillance. Le projet est parti d’un site lyonnais qui a finalement très vite eu des cousins à Toulouse, Clermont-Ferrand, Rennes, Luxembourg…

C’est parti !

Le site Paris Sous Surveillance est lancé. Il s’agit d’un site parisien de cartographie collaborative des caméras de vidéosurveillance. Le projet est parti d’un site lyonnais qui a finalement très vite eu des cousins à  Toulouse, Clermont-Ferrand, Rennes, Luxembourg

Mis à part la cartographie, l’idée est de faire de l’information autour de la vidéosurveillance et du déclin des libertés publiques. Le créneau est donc aussi pédagogique. En invitant les internautes à cartographier leur rue, leur quartier, on les invite à lever les yeux, être attentifs à ces caméras cachées dans des vitrines de magasins, et à finalement porter un regard différent sur le béton qui les entoure.

Continuer la lecture de « Paris sous surveillance »

quand la LDH filme à leur insu les participants à une soirée où on s’oppose à la surveillance

Quel intérêt ? Quel crédit peut-on donner à vos prises de positions sur le sujet lorsque l’on sait que vous filmez des gens, de surcroit des militants et les mettez en danger, ce même danger que vous pointez du doigt dans vos guides et tracts ?

J’étais hier soir à une conférence organisée par la Ligue des Droits de l’homme, fort intéressante, j’y reviendrai dans le courant de la semaine prochaine, en termes de contenu.

Aujourd’hui, l’heure est au coup de gueule. En effet, parmi les invités, Noé Leblanc, venait nous parler de l’inefficacité de la vidéosurveillance en matière de prévention de la délinquance, et il a été question, bien entendu, dans le cours de la soirée, des dangers de la surveillance sur les libertés individuelles.

Continuer la lecture de « quand la LDH filme à leur insu les participants à une soirée où on s’oppose à la surveillance »

Protéger ses sources

La base de notre métier, plus importante que savoir écrire ou aller chercher de l’info, il en va de la sécurité de ceux qui répondent à nos questions. Je dispense une formation pendant quelques jours auprès d’un groupe de journalistes en poste qui viennent dans un cadre professionnel. Venus de plusieurs pays d’Afrique et du Maghreb, ils rapportent que parfois ce peut être une question d’arrestation, voire de meurtre de la personne en question, suivant les informations rapportées.

Continuer la lecture de « Protéger ses sources »