L’Europe repart à la conquête du droit d’auteur

Voilà maintenant trois fois en trois ans que nos édiles statuent sur le sujet. A croire que le rejet d’ACTA qui aurait, entre autres, empêché les ONG de soigner des gens en grande détresse avec des médicaments génériques puisque contrefaits, ne leur a pas suffit.

Et hop, c’est reparti ! La Commission Européenne lance une nouvelle consultation sur le droit d’auteur, cette fois-ci dans le marché intérieur.

Voilà maintenant trois fois en trois ans que nos édiles statuent sur le sujet. A croire que le rejet d’ACTA qui aurait, entre autres, empêché les ONG de soigner des gens en grande détresse avec des médicaments génériques puisque contrefaits, ne leur a pas suffit.

Quid du partage de la culture ?

A lire sur le site de La Quadrature du Net.

Syrie, D’accord… Mais demain… ou après

« A Bruxelles, l’Union européenne a assuré qu’il était « possible » de discuter « sans délai » de l’opportunité de lever l’embargo si l’un des 27 Etats membres le souhaitait, » précisait la dépêche AFP datée du 15 mars. Sauf que…

 

Capture d’écran 2013-05-28 à 15.22.02« A Bruxelles, l’Union européenne a assuré qu’il était « possible » de discuter « sans délai » de l’opportunité de lever l’embargo si l’un des 27 Etats membres le souhaitait, » précisait la dépêche AFP datée du 15 mars. Sauf que…

Sauf que le 28 mai, aujourd’hui, rien n’a changé.

L’Europe est toujours en train de se demander si oui ou non, elle armera les rebelles syriens, si oui lesquels et comment… Et ce n’est pas le papotage d’hier qui va faire changer les choses puisque oui, sur le principe les Européens ont trouvé un accord mais non, pas tout de suite, pas demain, on repousse la prise de décision à après un hypothétique sommet sur la paix entre la Russie et les USA.

En gros le temps, passe, le temps passe toujours et le temps passe encore. C’est ce dont je vous parlais ici il y a plus de deux mois.

Tombent les murs, tombent les morts. La diplomatie continue d’ouvrir des robinets d’eau tiède.

  • Les liens qui vont bien

Le papier de EU Observer(EN)
La Russie n’est pas contente.